AXA conditionne un avantage santé à un objet connecté

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Pour la première fois un assureur saute le pas : AXA montre l’avenir de l’assurance santé liée aux objets connectés et à la médecine personnalisée en conditionnant les avantages santé à l’usage d’un bracelet connecté.

Tandis que de plus en plus d’industriels disposent désormais de données fiables quant à la santé de leurs utilisateurs grâce aux objets connectés, un assureur, Axa, a décidé d’en tirer partie pour motiver ses assurés.  De nombreux appareils peuvent en effet surveiller en temps réel notre rythme cardiaque, la distance parcourue à pied chaque jour et même la qualité du sommeil de chaque individu. Et ces données ont de la valeur bien au delà de la préservation de sa santé personnelle.

axa-pulsez-santé

Axa adopte les objets connectés :

L’assureur français AXA offre à 1.000 clients de sa complémentaire santé Modulango un bracelet connecté Pulse O2 de la marque Withings (à condition de posséder un smartphone ou une tablette compatibles) en échange de l’exploitation des données recueillies à des fins de prévention médicale. Le Withings Pulse O2 peut en effet mesurer le taux d’oxygène dans le sang, le rythme cardiaque ou le nombre de pas parcourus dans la journée. En temps normal, Withings n’utilise pas les données physiologiques de ses utilisateurs à des fins commerciales ; cette opération constitue à la fois une opération de communication et une expérimentation et a nécessité le consentement express préalable des participants dans leur contrat d’assurance.

withings_pulse_o2

Un jeu pour encourager ses clients à bouger :

Pour le lancement de son opération et pendant 4 semaines, AXA proposera aux possesseurs d’un bracelet connecté de gagner des bons d’achat en fonction du nombre de pas parcourus par jour. Les prix s’échelonnerons par paliers : un chèque-cadeau de 50€ à valoir en « médecine douce » sera offert à partir de 7.000 pas parcourus/jour ainsi qu’une remise exceptionnelle de 15% sur les produit de la gamme Withings qui compte, outre ses podomètres intelligents, des tensiomètres connectés et des balances intelligentes. Dès les 10.000 pas par jour, soit l’objectif recommandé par l’OMS pour rester en bonne santé, les souscripteurs à la complémentaire santé Modulango recevront 2 chèques-cadeaux de valeur équivalente ainsi que 20% de réduction sur les produits Withings.

withings-balance

Conclusion :

Cette opération, si elle séduit dans le cas d’Axa, pose un problème jusque là largement sous-estimé : la valeur des données personnelles stockées et le cas-échéant vendues par les géants de l’informatique grand-public, qui figurent en première ligne des informations convoitées par de nombreuses entreprises dont le business est axé sur le ciblage, dont les assurances! La constitution d’une base d’informations sans précédent sur les comportements individuels des clients qu’ils doivent assurer, va nécessairement influencer les prix et placer le client dans une forme de chantage au mode de vie en échange d’une police d’assurance plus modérée.

sources : 01net.com / Numerama.com

Partager

A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. En lisant l’article j’ai cru prendre peur :).
    D’une, cela ressemble beaucoup à une opération marketing visant à vendre de l’assurance. Et de deux, il y a effectivement la problématique de la permission d’obtention des données à une entreprise (donc dont l’objectif est de se faire de l’argent).
    A partir de là tous les scénarios sont possibles :
    > ne pas assurer le remboursement d’un soin d’une personne car on a estimé quantitativement qu’elle ne prenait pas assez soin d’elle,
    > refuser un contrat d’assurance à une personne estimé malade (ce qui est déjà le cas),
    > avantager une certaines partie de la population pour plein de raison différente (fracture numérique, manque de moyens, …)
    >…
    Bref, encore une bonne idée qui mériterait d’être bien traité. Pourquoi les assurances ne paieraient-elle pas ce système à notre système de santé ? Cela permettrait à nos médecins de « mieux » nous suivre, nos données seraient sous protection médicale et cela leur permettrait effectivement de faire des économies.

Laisser un commentaire