Wit.ai, l'assistant vocal virtuel qui veut faire dialoguer les objets connectés

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Fin 2013, Alexandre Lebrun, Laurent Landowski et Willy Blandin ont lancé Wit.ai, après avoir fondé et revendu VirtuOz à Nuance (l’éditeur de Siri, l’assistant vocal d’Apple) en 2012. Ces 3 experts des technologies de langage naturel sont également de véritables passionnés d’objets connectés. Ils ont désormais pour ambition de faire entrer les commandes vocales dans tous les objets connectés pour un coût abordable. Avec Wit.ai, ils pensent avoir trouvé une alternative aux petits claviers cantonnés à l’écran de nos smartwatch ou bracelets.

Qui n’a jamais rêvé de programmer ses appareils en quelque mots? Ou d’allumer la lumière sans même chercher l’interrupteur..? Avec les objets connectés, tout cela est possible mais encore faut-il pourvoir les commander. Wit.ai est là pour ça. Concrètement, avec Wit.ai n’importe quel développeur peut ainsi intégrer des commandes vocales à son application mobile en 5 minutes et 5 lignes de code.

Siri-voice-command

Présentation de Wit.ai :

Wit.ai permet ainsi de commander des interactions entre un objet connecté et un smartphone, en évitant d’avoir recours à des boutons ou à des gestes. Un assistant vocal permet notamment de rendre les interactions et l’apprentissage très facile. Ainsi, pour allumer la lumière, il suffit de dire «il fait sombre ici» pour que vos ampoules connectées réagissent en conséquence. Il s’agit là d’un travail de titan que les fondateurs de Wit.Ai ont l’intention de conduire de manière participative et grâce à 3 millions d’investissement reçus de la part d’Andreessen Horowitz pour s’installer à San Francisco. Cette prise de participation est minoritaire. Les fonds devraient servir à embaucher, pour passer de neuf à une vingtaine de salariés. Un bureau français devrait aussi ouvrir pour y réaliser une partie de la recherche et développement.

witai

Aujourd’hui, un peu moins de 5000 développeurs travaillent déjà sur la plateforme Wit.ai, et c’est même gratuit pour 99% d’entre eux puisque la plateforme bénéficie de leurs données partagées pour enrichir la plateforme et progresser rapidement. Wit.ai mise aussi sur ses futurs clients payants –des géants de l’électronique grand-public– pour poursuivre son aventure et générer réellement des revenus.

sources : lefigaro.fr / lesechos.fr / Venture Beat

Partager
A propos de l'auteur