Au Royaume-Uni, les voitures autonomes circuleront dès 2015

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le Royaume-Uni compte autoriser la circulation des véhicules autonomes dès 2015. En France, il est aussi prévu d’autoriser les expérimentations de voitures connectés sur les routes l’an prochain.
En Juin 2014, David Willetts, Ministre britannique chargé des Sciences engageait des discussions avec son homologue du Ministère des Transports afin de faire évoluer la législation et le code de la route afin de faire de la place aux voitures sans chauffeur. Le Royaume-Uni comme les Etats-Unis ou la France, cherchent à faciliter l’innovation de leurs industriels nationaux dans le cadre de la course aux véhicules autonomes.
Cette semaine, c’est The Guardian qui annonce qu’au moins 3 villes britanniques verront leur code de la route adapté afin de permettre l’essai des premières voitures connectées d’ici au début de l’année 2015. The Guardian révèle que ces tests seront répartis sur 18 à 36 mois et recevront un financement publique de £10 millions, a annoncé Vince Cable. Parmi les technologies qui seront expérimentées dans ce laps de temps, plusieurs modèles différents seront étudiés dont un véhicule totalement autonome et un autre dans lequel le chauffeur peut ponctuellement reprendre les commandes, un peu comme un pilotage automatique.
voiture-autonome

Le Royaume-Uni rejoint la France :

Les britanniques n’entendent pas laisser la France seule sur le terrain des automobiles du futur. La France vient en effet d’autoriser les expérimentations sur routes ouvertes en 2015 dans le cadre de la feuille de route portant sur le développement de la voiture autonome de ce plan a été validée le 2 juillet 2014 par Arnaud Montebourg, ministre de l’Economie, du Redressement productif et du Numérique (en même temps que 5 autres projets dont le big data, la robotique et les biocarburants).
Au Royaume-Uni aussi, les premiers véhicules autonomes, c’est à dire capables de se diriger sans l’intervention d’un conducteur, seront tolérées dans la circulation dès l’année prochaine, mais sous certaines condition. La ville de Londres vient par exemple de déposer un dossier de mesures permettant de réglementer cette pratique, selon la BBC.
Visiblement, le gouvernement britannique semble avoir décidé d’appuyer sur le champignon dans ce dossier, puisque le calendrier précédent évoquait une échéance à l’horizon 2017 pour voir l’introduction des voitures automatiques. L’initiative du gouvernement d’Arnaud Montebourg a peut être fini de convaincre les britannique que tester ces véhicules au sein de la ville de Milton Keynes (comme c’était prévu initialement) n’était pas suffisant. Dans ce cadre, on prévoyait que les voitures autonomes pourraient circuler dans cette ville moyenne à une vitesse de 19 km/h mais uniquement sur des voies déterminées.

Voiture autonome, sur le campus de Stanford

Voiture autonome, sur le campus de Stanford

Un nouveau front de compétition internationale :

Dans le monde, les initiatives de ce genre se multiplient. Preuve que la compétition internationale promet d’être âpre. Outre Google, qui expérimente son véhicule connecté sur les routes de californie et aux abords de San Francisco (où il a acquis une ancienne base navale). Mais d’autres constructeurs automobiles sont désormais prêts à contre-attaquer afin d’être fin prêt pour commercialiser des voitures connectées d’ici à 2020. C’est aussi l’échéance prévue par Renault pour lancer la Next Two, son modèle autonomes.
Au Japon, le premier ministre Shinzo Abe a aussi payé de sa personne pour aider ses industriels : il a testé devaient les caméras de nombreux médias des véhicules autonomes produits par les constructeurs nippons. En Suède, Volvo a lui aussi prévu d’expérimenter au sein de la ville de Göteborg une centaine de voitures intelligentes. Mais cela ne devrait pas avoir lieu avant 2017. Pour les plus inquiets, il sera toujours possible de souscrire au contrat conduite connectée d’Allianz pour se laisser conduire l’esprit libéré 😉

sources : Numerama / The Guardian – credit image : Shutterstock

Partager
A propos de l'auteur