CES : à bord du véhicule autonome de Valeo

Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’équipementier français Valeo a fait le déplacement au CES de Las Vegas pour présenter des avancées dans le domaine des véhicules autonomes.
Aux abords du Las Vegas Convention Center (où exposent les plus grands groupes), Valeo nous a permis de faire l’expérience de la conduite autonome de Niveau 2.
valeo-cruise4u-ces-13
Fabricant de capteurs de précision (laser, ultrasons, infrarouge ou caméras HD), le groupe français est aussi décidé à montrer son savoir faire en développant le système de conduite autonome qui utilise ses composants.
Preuve de concept ou volonté de proposer des solutions à plus forte valeur ajoutée à ses clients, difficile de discerner ce qu’espère Valeo de ces efforts de communication.
Le CES est un événement aux retombées internationales, mais la technologie Cruise4u n’est pas encore prête pour la série. D’ailleurs, l’équipementier n’annonce aucun partenariat majeur pour valider l’emploi de Cruise4u par un grand industriel de l’Automobile. Le sujet est manifestement sensible.
valeo-cruise4u-ces-9
Du reste, la ballade aux abords de Las Vegas n’en fut pas moins agréable : une douzaine de miles parcourus sans encombres et d’une manière très douce une fois le système activé sur la Highway 15.
Valeo insiste évidemment sur le fait que Cruise4u est réservé à l’autoroute et impose au conducteur de rester attentif et disponible pour reprendre le volant à tout instant si la situation l’exige.

[fullWidthImage id=”34518″]

Note : c’est toujours un peu frustrant de découvrir une technologie conçue pour nous soulager tandis qu’elle nous impose –pour des raisons réglementaires principalement– de rester concentré. A ce stade on est en droit de se demander : A quoi bon ?

A bord du véhicule autonome

Comme lors de notre test de l’Autopilot sur la Tesla Model S, il est toujours un peu grisant de se laisser conduire par l’intelligence d’une automobile sans-pilote. Le véhicule de démonstration est ici une VW Passat break TSI Bluemotion équipé de la technologie Cruise4U, du matériel informatique logé dans un compartiment aménagé dans le coffre (voir photos plus bas), et des capteurs nécessaires.
Le véhicule de Valeo embarque ici une caméra HD chargée de lire le marquage sur la route et un capteur laser chargé d’apprécier les véhicules alentours et leurs vitesses instantanées en temps-réel.
valeo-cruise4u-ces-1

Sur la route

La procédure pour enclencher la conduite autonome est similaire à l’activation du régulateur de vitesse sur un véhicule classique. On active la fonction grâce à un bouton au volant et on peut modifier la vitesse de consigne en fonction des conditions de circulation.
La voiture détecte automatiquement les lignes de peinture au sol pour proposer au conducteur les différentes options qui s’offrent à lui. Les flèches blanches sur l’écran central représentent les possibilités offertes par la voiture.
valeo-cruise4u-ces-6
Pour des raisons réglementaires, c’est uniquement le conducteur qui fait le choix d’un changement de voie de circulation en activant son clignotant. Dans ce cas, on suppose que le conducteur s’est assuré de la sécurité de la manoeuvre.
Pour l’instant, Valeo nous indique que la caméra du système n’est pas encore capable de détecter les feux (tricolores ou clignotants) ou les panneaux de circulation. Sur ce point, l’Autopilot de Tesla conserve donc une longueur d’avance.

Preuve de concept

S’il est désormais acquis que les systèmes de conduite autonome sur autoroutes vont de démocratiser au cours des 10 prochaines années, en particulier sur les véhicules des marques premium, il reste à savoir de quelle manière cette révolution touchera le secteur automobile.
Il n’est pas certain que les constructeurs automobiles voient d’un très bon oeil la concurrence faite par leurs équipementiers sur des technologies aussi essentielles que celle-ci. Heureusement, Valeo propose ses capteurs indépendamment de son logiciel de pilotage. Les fabricants pourront donc continuer à s’approvisionner en capteurs Valeo de tous types, sans nécessairement requérir à son système de conduite autonome.

Partager
A propos de l'auteur

2 commentaires

  1. Pingback: CES : à bord du véhicule autonome...

  2. Pingback: #CES : Quelles startups françaises ont brillé au CES ? La réponse en 5 coups de coeur de startupers - Maddyness