Etude Fnac sur les usages des objets connectés en France

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Cette semaine se tenait la première conférence internationale dédiée aux objets connectés, la Connected Conference, organisée par RudeBaguette, le média référent pour l’actualité des startups en anglais.
Environ 300 professionnels de l’internet des objets se sont ainsi donné rendez-vous au sein de la Halle Freyssinnet pour évoquer l’état de l’art des objets connectés dans le monde, le marché et les perspectives d’avenir de l’internet des objets. Une intervention a particulièrement retenu notre attention ; celle de Katia Hersard (Directeur E-commerce & Marketing de La Fnac) venue partager les conclusions d’une étude récente sur les usages des objets connectés en France.
Pour l’anecdote, la Halle Freyssinet est un immense bâtiment industriel inutilisé par la SNCF depuis 2006, racheté durant l’automne 2013 par Xavier Niel (fondateur de Free) pour y installer un immense incubateur destiné à accueillir 1.000 start-ups.
L’étude dévoilée porte sur une base de 2.000 personnes plutôt urbaines et majoritairement technophiles, représentatives de la clientèle de la Fnac. L’étude montre que 94% des clients sont familiers avec le concept d’objet connecté et que 60% se disent bien informés sur le sujet (on fait ce qu’on peut 😉 ). Katia Hersard affirme en outre que les attentes des clients de La Fnac tournent essentiellement autour du quantified self et de la domotique : les acheteurs recherchent en priorité des objets connectés permettant de favoriser l’auto-mesure afin d’améliorer leur condition physique ou réaliser des économies d’énergie au sein de leur foyer. Une seconde tendance se dégage d’après Katia Hersard, elle concerne la capacité des objets connectés à simplifier l’usage des appareils électroménagers en les pilotant à distance, via un smartphone ou une tablette.

Les objets connectés populaires :

Les personnes interrogées jugent les objets connectés modernes à 93%, mais aussi chers dans une proportion équivalente (92%). Si l’aspect pratique de ces objets connectés est relevé souvent (81%), leur utilité l’est un peu moins  : 69% des interrogés jugent les objets connectés utiles. Et seulement 25% des clients pensent que le surcoût apporté par la “connectivité” est justifié par le bénéfice d’usage. La plupart des personnes sondées dans le cadre de l’étude de La Fnac semblent, selon Katia Hersard, avoir une perception assez juste des prix pratiqués sur le marché pour les objets connectés les plus courants. Les produits les plus populaires sont les montres connectées, mais aussi les bracelets connectés et un produit plus traditionnel :  les imprimantes sans-fil.

Les catégories :

Les objets connectés en rapport avec l’univers domestique et la santé connectée sont considérés comme les plus utiles de tous, loin devant les chaussures et les  cigarettes connectées… (ce qui pourrait bien changer avec l’arrivée de Kosmo et de Smokio). Coté équipement, environ 60% des personnes interrogées dans le cadre de cette étude sur les objets connectés possèdent un iPhone, contre 33% un smartphone Android et seulement 3% d’utilisateurs sous Windows Phone. Il s’avère que les achats d’objets connectés sont encore fortement conditionnés (55%) par la consultation de tests sur les sites spécialisés et les avis d’autres utilisateurs à 48%.

Positionnement prix :

Au final, le prix n’est pas le critère prépondérant dans la décision d’achat mais plutôt la simplicité d’utilisation, le design ainsi que la compatibilité avec le smarpthone déjà détenu. L’immense majorité (96%) des utilisateurs est satisfaite avec le/les objets connectés déjà acquis, mais leurs propriétaires pointent aussi le peu de soin apporté aux fonctions communautaires, encore largement sous exploitées.

Intentions d’Achats :

Au final les intentions d’achats sont les plus élevées pour les montres connectées (56%) et les bracelets connectés (52%). Ce sont les leaders asiatiques Samsung et Sony qui sont les marques les plus visibles dans ce domaine avec respectivement 94% et 85% de notoriété spontanée. En revanche, les français Withings et Parrot ne bénéficient pas encore de la notoriété spontannée correspondant à leur position sur le marché français !
 

Partager
A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Très bonne synthèse de l’étude, Geoffray
    Autres statistiques intéressantes : 67 % des personnes interrogées ne sont pas satisfaites du partage communautaire (car ils n’en ont pas besoin ou les fonctionnalités ne sont correspondent pas à leurs attentes)
    Et 72% ne sont pas satisfaites du SAV ce qui montre le prochain enjeu des entreprises surtout des startups sur les objets connectés : le support client.
    Dernier point l’étude de la Fnac a été réalisée en partenariat avec 😉
    Dimitri Carbonnelle, fondateur de Livosphere