Traduction automatisée et innovations : les meilleures tendances

Pinterest LinkedIn +

La crise du COVID-19 aura permis à toutes les entreprises de repenser leur stratégie et de s’ouvrir à de nouveaux marchés. Sans surprise, les grands gagnants de cette crise sont les groupes portés sur le digital et les e-commerçants. La croissance du numérique implique la possibilité de toucher de nouveaux publics à travers le monde entier. Et le développement à l’international rime avec l’adaptation de son contenu aux pays ciblés.

Chaque agence de traduction a dû se parer efficacement pour répondre à cette demande. Quelle stratégie ont-elles implémenté et quelles technologies mettent-elles en place pour être en mesure d’absorber cette hausse de besoins ? Découvrez dans cet article les dernières tendances en matière de traduction automatisée (Machine translation) et les innovations à suivre en 2021.

Les agences de traduction toujours en quête d’innovations

Depuis les années 1960 déjà, les services de traduction sont fréquemment les précurseurs des avancées technologiques en matière d’informatisation et d’automatisation des processus.

La hausse de la demande en traduction grâce à l’internationalisation

Cette volonté d’être en permanence à la pointe de la technologie est avant tout portée par l’ouverture des marchés et l’internationalisation des échanges que le monde connaît depuis plusieurs décennies. 

Depuis le début des années 2000, cette tendance s’est accélérée avec la généralisation d’Internet dans les foyers. Les marques ont vite compris que l’ordinateur personnel leur permettait d’accéder à des centaines de millions de clients supplémentaires, partout à travers le monde, et ce très facilement.

C’est là que les agences de traduction ont leur rôle à jouer, en offrant aux marques la possibilité de toucher le plus efficacement possible ces potentiels clients. Les développeurs d’applications et modules internet en ont également profité pour proposer des solutions de traduction instantanée sur le web. Problème : il s’agissait alors bien souvent d’une traduction littérale, au mot à mot, sonnant très peu naturelle à l’oreille des lecteurs.

La localisation au coeur de la stratégie des marques

La tendance de ces dernières années s’est donc concentrée sur la localisation des traductions. 

Il s’agit de proposer  une traduction de contenu couplée à une adaptation culturelle, afin de coller au plus près au mode de pensée et aux mœurs des consommateurs.

Un lecteur canadien n’aura en effet pas les mêmes attentes vis-à-vis d’un produit ou service qu’un français ou un sénégalais. Il appartient aux annonceurs d’adapter avec précision leur contenu afin qu’il soit le plus parlant possible pour les cibles visées.

William Mamane, Chief Marketing Officer de l’agence de traduction Tomedes, confirme cette tendance : “La localisation est aujourd’hui la pierre angulaire de la stratégie de communication des marques. Les applicatifs de traduction reposant sur l’intelligence artificielle sont en passe d’être suffisamment performants pour répondre à cette problématique. Pour le moment, l’intervention humaine reste absolument nécessaire pour parfaire les résultats finaux et obtenir une localisation naturelle. L’enjeu de ces prochaines années est d’arriver à proposer des traductions 100% automatisées répondant parfaitement aux contraintes culturelles de nos clients.”

L’intelligence artificielle au coeur de la performance linguistique

Comme l’a évoqué William Mamane, l’Intelligence Artificielle est aujourd’hui un outil utilisé par tous les grands prestataires linguistiques. On parle dans le secteur de traduction neuronale : la machine apprend d’elle-même et des corrections apportées par les hommes pour parfaire jour après jour ses capacités à transcrire du contenu dans toutes les langues.

Ce travail humain de correction s’appelle la post-édition, il contribue à améliorer les “connaissances” des logiciels traducteurs grâce à leur réseau de “connexions neuronales”. 

Outre les avantages qualitatifs apportés par cette technologie, la traduction neuronale permet aux prestataires d’augmenter de manière significative les volumes qu’ils peuvent prendre en charge, tout en réduisant les délais de production. 

Les nouveaux outils de traduction à découvrir

  • Les TMS, ou comprehensive translation management systems : souvent intégrés directement dans les CMS (Content Management System), ceux-ci permettent de rendre l’interface utilisateur directement accessible dans la langue du lecteur. Certains d’entre eux proposent des fonctions de traduction en direct, dans le cadre de l’implémentation d’un chat en ligne par exemple. 
  • La traduction automatisée des sous-titrages : encore en phase de test sur les plateformes de streaming telles que Youtube. Ces modules de traduction permettent de rendre compréhensible n’importe quelle langue parlée aux internautes. Encore à ses balbutiements, cet outil devrait se répandre à grande échelle sous peu.
  • Le live-interprétariat : également proposés en version beta à l’heure actuelle, les applicatifs permettant d’interpréter des échanges de vive voix dans n’importe quelle langue ont une chance de se généraliser un jour. Pour le moment, les performances de ces outils ne permettent pas de se passer d’interprètes humains.

Une demande linguistique en perpétuelle progression

Les tendances sont claires et démontrent bien la proéminence des technologies relatives à l’intelligence artificielle en matière de traduction. 

Les acteurs du secteur ne se passent aujourd’hui plus des outils de traduction neuronale, en revanche le machin-learning, par essence, continue de se montrer de plus en plus efficient et tend à faciliter le travail de l’homme. 

Les grands enjeux à venir sont donc centrés sur l’amélioration des techniques de localisation, afin de personnaliser les discours et être en phase directe avec les principes du marketing one-to-one.

Partager
A propos de l'auteur