Sony a une nouvelle technologie de batteries pour 2020

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le japonais Sony développerait actuellement une nouvelle technologie de batteries capables d’augmenter l’autonomie des objets connectés de 40% en utilisant un mélange de lithium et de souffre.
L’autonomie est le parent pauvre des objets connectés tels que nous les connaissons à l’heure actuelle. Qu’il s’agisse d’un smartphone dernier cri ou de la dernière smartwatch à la mode, difficile de disposer de deux jours pleins d’autonomie.
Pour les usages professionnels, ou utilisant des applications très gourmandes… Le compte n’y est pas.
Sony veut changer ca.
[fullWidthImage id=”33698″] Bien connu dans le monde des nouvelles techonologies, le géant nippon a presque inventé les batteries lithium-ion dans les années 1990.
Depuis lors, les coréens Samsung ou LG et Panasonic ont refait leurs retard dans le domaine Sony ne représente plus que 8% de ce marché. A l’inverse, Panasonic maitrise 1/5ème de ce marché en croissance permanente grâce aux objets connectés qui pullulent.
Pour innover, Sony travaillerait actuellement sur une nouvelle technologie de batterie permettant d’augmenter de 40% l’autonomie des smartphones et objets connectés, tout en réduisant de 30% l’encombrement de cet élément.
Comme de nombreux chercheurs travaillant  sur le remplacement de la technologie actuelle (utilisant une cathode au lithium), Sony aurait trouvé le moyen d’utiliser du souffre pour la cathode et du lithium pour l’anode.
batterie-sony-1160x798
Pour l’instant, personne n’a pour autant réussi à stabiliser la cathode sur le long terme.
Or c’est le paramètre principal pour définir la durée de vie d’une batterie. Pour y remédier, Sony aurait trouvé le moyen de modifier la composition de l’électrolyte, pour éviter de dissoudre la cathode de souffre et ce, afin que la batterie puisse encaisser des milliers cycles de charge.
[embedArticle id=”33299″ align=”left”] Sony estime qu’à ce stade, il lui faudra encore 5 ans pour tester cette méthode avant d’introduire cette technologie dans des objets connectés destinés au grand public.
D’autres experts misent plutôt sur l’Energy Harvesting . La collecte d’énergie à partir de sources externes (solaire, éolienne, vibratoire, cinétique, chimique, etc.) leur semble la solution la plus probable pour alimenter nos objets connectés wearables en permanence sans nécessiter nécessairement de grandes capacités de stockage.

Via

Partager
A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Pingback: Sony développe des batteries 40% plus endurantes en utilisant... du soufre - Mes Actus