SmartCar : 90% de taux d'équipement en voitures connectées en 2025

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La voiture connectée est au centre des préoccupations des constructeurs automobiles et l’un des usages les mieux accepté par les particuliers. Les français voient dans la voiture intelligente l’une des applications les plus utiles. De fait, les équipements communicants se diffusent rapidement et de plus en plus de fonctionnalités d’infotainment intègrent petit à petit l’habitacle de nos véhicules. Certaines fonctionnalités vont même devenir obligatoire avec la généralisation de l’appel d’urgence embarqué. Le cabinet d’études Roland Berger a décrypté ce phénomène en se projetant dans les 10 années à venir.

credit image : Shutterstock

credit image : Shutterstock

Les conclusions de l’étude Rolland Berger :

D’ici 4 ans, la voiture communicante sera devenue un standard pour la plupart des marques grand-public. L’étude menée par Rolland Berger révèle que 6 constructeurs automobiles souhaitent atteindre l’objectif de vendre 100% de leurs véhicules connecté en 2018. Il s’agit sans surprise de constructeurs premium (dont Audi, BMW, Lexus) mais aussi de marques généralistes (dont Ford, Hyundai et Kia). A l’heure actuelle, les véhicules connectés représentent 67% des ventes mondiales contre 17% en 2013. Selon le cabinet d’étude, cette croissance évoluera jusqu’à un taux de pénétration de 90% en 2025 puis se stabilisera peu à peu. Les revenus générés par les services associés à cette connectivité intégrée aux véhicules augmenteront quant à eux de 19% par an jusqu’en 2025.
Voitures-connecteesRolland Berger considère qu’une grande partie de l’environnement du véhicule tirera profit de la voiture connectée. L’industrie automobile devra néanmoins faire face à plusieurs défis dont l’adaptation de ses cycles de développements et l’adoption de plateformes logicielles ouvertes qui font la part belle aux partenariats.
 

La métamorphose du secteur Automobile :

Grâce à la technologie Cloud, le secteur automobile pourrait également se transformer en profondeur. L’étude décrit une interaction plus personnalisée avec le conducteur et un meilleur potentiel de vente de services. De nouveaux horizons vont aussi s’ouvrir pour les services associés, comme les Assurances Automobiles, qui pourront compter sur une multitude de données pour ajuster leurs primes de risque. Les coûts de garantie pourraient ainsi être fortement réduits grâce à une remontée régulière d’informations sur l’état du véhicule ou sur les mode de conduite de chaque chauffeur. En détectant en amont les petites défaillances, les véhicules pourraient ainsi faire l’objet d’interventions de préventions régulières afin d’éviter les dépannages lourds. Pour le cabinet Rolland Berger, ce sera le type de service le plus lucratif pour les constructeurs automobiles.

source techno-car.fr
crédit image : Shutterstock

Partager
A propos de l'auteur