M2M

Sigfox peut-il se faire concurrencer par les opérateurs télécom ?

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Sigfox, leader international de communication M2M bas débit pour les objets connectés, pourrait voir les opérateurs télécoms répondre à son offensive sur le marché de la communication des objets connectés.
Que peut-être la contre-attaque ? Sigfox doit-il s’en inquiéter ?

L_Le_Moan-SIGFOX

Retours sur Sigfox

A l’image d’Orange ou de SFR, Sigfox est un réseau cellulaire qui permet aux objets de communiquer sans-fil, entre eux ou avec un serveur. Tout comme les abonnés d’opérateurs téléphoniques, les fabricants d’objets connectés peuvent les doter d’une capacité de communication, en achetant un modem compris entre 5 € et 15 € ainsi qu’un abonnement annuel variant entre 1 et 9 €. Grâce à des antennes de communication bas-débit, Sigfox reçoit les informations communiquées par les objets connectés sur des serveurs propriétaires et les transmet sur des serveurs tiers, permettant au client d’intégrer les données transmises dans ses applications logicielles. Plus de 148 millions de messages ont déjà été échangés avec la technologie Sigfox, et la croissance du réseau est, depuis quelques mois, exponentielle.

Pour plus d’information sur la technologie et le positionnement stratégique de Sigfox, vous pouvez consulter nos précédents articles sur le sujet.

fonctionnement_reseau_sigfox

Quels sont les positionnement stratégiques de Sigfox et des opérateurs télécoms sur le marché des réseaux de communication des objets connectés ?

Définissons les cas d’usages dans lesquels les objets connectés peuvent être amenés à communiquer, ce qui nous permettra de dresser une carte de la compétition entre Sigfox et les opérateurs de téléphonie selon les cas d’usage identifié.

D’abord, les objets connectés peuvent communiquer par contact, ou approche d’un objet à un autre objet. Ces technologies de type NFC/RFID ne nous intéressent pas ici car ne nécessitent pas d’opérateurs télécom ou de Sigfox pour fonctionner.

Ensuite, les objets connectés peuvent communiquer via un Hub lorsque ces derniers évoluent dans un environnement restreint, c’est à dire lorsque la distance entre l’objet et le Hub est contrainte. Ce peut être le cas dans une maison, mais aussi dans un environnement défini par un périmètre se mouvant autour de la position du smartphone lorsque ce dernier assure la fonction de Hub.

Lorsque les objets connectés évoluent dans un large environnement (en outdoor par exemple), relier l’objet à un hub n’est plus possible car la portée des technologies de communication (Wi-Fi, BLE,…) permettant de relier l’objet au Hub est souvent atteinte et dépassée. Dans ce cas-là, les objets peuvent soit communiquer entre-eux en réseau MESH (plus d’explication sur notre article “[Technologie] Comment communiquent vos objets connectés ?“) lorsqu’il y a suffisamment d’objets similaires permettant de relier chaque objet au Hub au travers de communications interposées, ou bien peuvent communiquer en utilisant le réseau cellulaire, comme les smartphones d’aujourd’hui.

battlefieldmap-communication-iot-min

Nous pouvons voir sur la battlefield map précédente (qui concerne la communication des objets connectés, excluant les smartphones) réalisée par l’équipe Aruco, l’offre de Sigfox est centrée sur une communication basse fréquence avec un avantage compétitif sur le prix et l’énergie consommée par l’objet connecté pour transmettre ses données. Sur la communication outdoor, les opérateurs de télécommunication ont peu pénétré sur le marché de la communication des objets connectés, en raison du prix trop élevé de leurs puces de communication et de la consommation énergétique induite dans l’objet (ceci s’explique par le fait que leurs offres, hardware et réseaux sont conçus pour la téléphonie qui a des besoins intrinsèquement différents des objets connectés). Les opérateurs ont par contre pour le moment l’avantage de la couverture réseau.

En ce qui concerne la communication indoor, les opérateurs pénètrent mieux le marché au travers de leurs box internet  qui émettent de la Wi-Fi pouvant faire communiquer les objets connectés de la maison (par exemple, les opérateurs proposent depuis peu des offres domotiques). Pour Sigfox, notons l’exemple de la Lysbox, un boitier connecté permettant un suivi des prestations d’aide à domicile reçues par les personnes âgées et dépendantes, qui fonctionne en utilisant la technologie Sigfox.

Sigfox est-il réellement en concurrence avec les opérateurs de téléphonie ?

Après les constats précédents, la question ne peut que se poser. Les offres concernant la communication des objets connectés sont pour l’heure assez différenciées et font appel à des usages différents. Un fabriquant d’objets connectés, lorsqu’il a besoin de passer par un opérateur pour faire communiquer ses objets, a le choix de passer par un Sigfox ou par un opérateur traditionnel de téléphonie via sa box internet. Le choix va essentiellement dépendre du contexte d’utilisation de l’objet, selon s’il évolue en environnement restreint et peut passer par un Hub ou s’il doit passer par un réseau cellulaire longue portée. Pour l’heure, malgré des offres différenciées, tous essayent d’élargir progressivement leurs offres pour venir concurrencer les autres (via la Lysbox ou via des offres personnalisées)

strategie

Que peuvent faire les opérateurs télécom face à Sigfox ?

La répartition de parts de marché sur la battlefield map semble paradoxale à première vue : les opérateurs de téléphonie réussissent moins bien sur ce qui a fait leur cœur de métier pour les smartphones (la communication cellulaire longue-portée). Peuvent-ils saisir l’opportunité de l’explosion du nombre d’objets connectés et concurrencer Sigfox sur son offre de communication outdoor ? Panorama de quelques solutions à leur portée :

1) Comme pour leurs positionnement sur les objets de la maison, ils peuvent promouvoir l’utilisation du portable comme Hub de communication des objets connectés et connecter les objets via une connexion M2M qui passe par le smartphone.

2) Investir dans un réseau basse-fréquence similaire à celui de Sigfox pour proposer une offre avec les mêmes caractéristiques de consommation d’énergie peut être une seconde option.

3) Investir en recherche pour réduire la consommation d’énergie induite par leur technologie et pour réduire le prix de leurs puces hardware de communication. Ainsi, en se basant sur leurs réseaux, une offre pourrait concurrencer celle de Sigfox. Elle resterait plus chère mais proposerait une meilleure qualité de service. Ce serait une sorte “d’offre premium” par rapport à celle de Sigfox.

Quel avenir pour la communication des objets connectés ?

La communication des objets connectés sera standardisée dans la 5G (5ème génération de réseaux mobiles) qui entend tout connecter (les hommes et les objets connectés). Sigfox et les opérateurs de téléphonie s’intéressent de près à cette nouvelle génération. Reste à savoir qui tirera son épingle du jeu dans la course à la standardisation…

[yop_poll id=”11″]

Partager
A propos de l'auteur