[Entretien] Sigfox réagit à la création de LoRa Alliance, bon signe pour le M2M

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

En marge du CES de Las Vegas, plusieurs opérateurs télécoms européens ont annoncés leur rapprochement dans le cadre de la LoRa Alliance, afin de proposer un réseau basse-fréquence et longue portée afin de favoriser le développement d’applications M2M.

Dans un récent article, nous vous annoncions la création de la LoRa Alliance et précisions que : « la LoRa Alliance vise à démocratiser l’usage du protocole LoRa (pour Long Range), un procédé de communication bas-débit que beaucoup considèrent comme la seule alternative au réseau M2M basse fréquences de Sigfox. » Dans un entretien téléphonique, Thomas Nicholls, Directeur du Marketing et de la Communication de l’opérateur français basé à Labège (31), a tenu a préciser la position de Sigfox vis à vis de la création de la LoRa Alliance, précisant notamment que Sigfox ne considérait pas cette annonce comme une menace pour son développement, bien au contraire. Il nous a expliqué pourquoi : « Sigfox salue toute initiative pour le développement du M2M, une préoccupation que nous partageons et pour laquelle nous œuvrons depuis plusieurs années« .

thomas-nicholls-sigfox

Les différences entre Sigfox et LoRa :

Si l’on veut être court : Sigfox est un opérateur télécom et LoRa est un protocole de communication, utilisé par les opérateurs traditionnels à l’aide de modules Semtech dans le cadre de leur accord de partenariat, afin de rendre leurs réseaux interopérables. Le positionnement de Sigfox en tant qu’opérateur télécom M2M a pu gêner les acteurs traditionnels, qui n’entendent pas abandonner le marché des objets connectés, promis à l’explosion d’ici à 2020 au moins. Mais bien loin de leur faire de l’ombre, Sigfox serait déjà (ou en passe d’être) partenaire de plusieurs des membres de la LoRa Alliance selon nos informations, ce que notre interlocuteur n’a pas souhaité commenter. Concrètement, Sigfox propose un réseau sans-fil LTN (Low Throughput Networks) –c’est à dire à longue distance et bas-débit– permettant à des fabricants de souscrire à une offre de connectivité globale pour des millions d’objets connectés dans le monde, sans considération de leurs lieux de commercialisation ou de déplacements.

M2M-sigfox-lora

Ce réseau global d’1,5 millions de kilomètres carrés est opéré à partir de partenaires locaux qui servent d’opérateurs de services, notamment en Espagne avec Abertis Telecom et au Royaume-Uni avec Arqiva. En France, Sigfox joue également le rôle d’opérateur, mais la différence la plus notable entre la technologie de Sigfox et celle de Semtech –poussée dans le cadre de la LoRa Alliance– réside dans la compatibilité des modules. En effet, Sigfox ne fabrique pas les modules, qu’on peut trouver chez de nombreux fabricants proposant des composants compatibles avec la technologie UNB (Ultra Narrow Band) de Sigfoxmais pas uniquement–, afin d’exploiter les bandes des 169 MHz, 433 MHz ou 868 MHz. Avec le protocole LoRa, il faut en revanche contacter Semtech et faire l’achats de modules compatibles avec LoRa ou en passer par des acteurs proposant des produits à double compatibilité comme Prorep. Selon Emmanuel Gavache, CEO d’Eridanis (architecte de solutions IOT), la solution idéale pour les industriels se trouve en effet dans un savant mélange entre les deux services :

« Sigfox est une technologie intéressante pour au moins 2 raisons : le pricing est connu à l’avance et permet d’aller partout où le réseau Sigfox est déployé sans aucune notion de frontières terrestres. La création de la LoRa Alliance va dans le bon sens, mais il reste à déterminer qui paiera quoi et à quel opérateur. Pour les industriels, l‘installation de la technologie LoRa autour des « hubs » (ports, entrepôts, usines, etc.) semble être intéressante, mais en gardant du Sigfox pour ce qui concerne les grands déplacements« .

sigfox

Sigfox semble également convaincu de la nécessité de disposer de plusieurs solutions de connectivité pour les industriels, répondant à des besoins divers. Comme dans le cas d’Oceasoft, qui effectue pour l’un de ses clients des relevés de température via le réseau Sigfox sans besoin d’installer de coûteuses antennes chez ses clients. Pour d’autres, le volume de données (12 octets par message) peut être insuffisant et amener à d’autres solutions techniques. Thomas Nicholls confirme cette hypothèse et ajoute :

« La technologie LoRa est une très bonne technologie mais répond à d’autres besoins que la notre. Sigfox offre un type de connectivité particulier, à base de petits messages mais pour des millions d’objets où qu’ils soient. Sigfox est leader sur ce créneau et dispose de beaucoup d’avanceavec une couverture internationale et un écosystème ouvert, permettant à tous les acteurs du M2M –fondeurs et intégrateurs– d’y participer. »

Cependant, il existe d’autres créneaux pour le M2M et donc encore des places à prendre sur ce marché gigantesque, qui a besoin de solutions fiables pour tous les usages. On connait ainsi Matooma et d’autres, qui ont d’autres solutions de valeur pour le machine-to-machine.

image : Rude Media

Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire