M2M

Sigfox : la start-up toulousaine lève 50 millions supplémentaires pour traverser l’Atlantique

Pinterest LinkedIn Tumblr +

De nombreuses entreprises françaises sont des acteurs majeurs du développement des objets connectés, comme les célèbres Withings, Netatmo, ou Parrot pour ne citer que celle-ci. Mais au-delà de la fabrication de produits purement hardware, la France est aussi présente sur le segment des réseaux de télécommunication M2M : nous sommes en train d’assister à la percée fulgurante de Sigfox, jeune start-up toulousaine fondée en 2009 qui après avoir quadrillé l’Europe avec son réseau, s’attaque maintenant aux Etats-Unis.

Sigfox déploie des antennes de communications basses fréquences, bas débit et donc à basse consommation énergétique ; se positionnant ainsi comme l’opérateur des objets connectés. En effet, ces objets ne demandent pas d’échanger une quantité très importante de données, et ont pour la plupart une alimentation embarquée (voir cet article plus de détails sur la technologie du réseau). Ce réseau était justement utilisé par l’armée américaine pour communiquer sous l’eau pendant la première guerre mondiale.1051891_le-francais-sigfox-a-lassaut-de-lamerique-et-de-la-bourse-web-tete-0203846360141

Sigfox à la conquête de l’ouest :

Après avoir levé 27 millions d’euros depuis sa création, Sigfox prépare une levée de fond de 50 millions qui devrait être finalisée au premier trimestre 2015. L’entreprise intéresse de nombreux investisseurs américains qui rejoindraient Partech, ID Invest, Intel capital ou encore BPI France dans son capital. Ayant déjà commencé à installer des antennes à San Fransisco et signé un partenariat en Espagne avec Securitas, l’entreprise toulousaine, est en discussion avec les opérateurs AT&T et Sprint pour couvrir le territoire américain. Mais ce n’est pas fini : « L’objectif est de couvrir la moitié du monde avec notre réseau », annonce Ludovic Le Moan, patron de Sigfox.

Un objet connecté équipé d’une puce Sigfox peut émettre 150 messages chacun de 12 octets par jour. Cette technologie est pertinente pour un grand nombre d’objets mais pas pour ceux demandant d’échanger des données plus lourdes et nécessitant donc une large bande passante. Ainsi Sigfox a plus intéret à faire des opérateurs de télécomunications ses alliés que ses concurrents, chacun optant pour des solutions et technologies complémentaires.

L_Le_Moan-SIGFOX

Perspectives d’avenir pour Sigfox :

Le fleuron français de l’internet des objets seraient en discussion avec des grandes entreprises comme McDonalds ou de grands acteurs du secteur énergétique. On imagine qu’Anne Lauvergeon, (ex-dirigeante d’Aréva) ayant pris la présidence de Sigfox sera un atout majeur dans ce genre de discussions. Par ailleurs, après avoir doublé son chiffre d’affaire cette année, Sigfox prévoit de rentrer en bourse à partir de 2016.  Sigfox a une belle technologie de rupture, de belles ambitions internationales, et se donne les moyens de les atteindre. Rejoignez le Forum Aruco pour donner votre avis sur le développement de la startup Sigfox.

source

Partager
A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Pingback: Sigfox : la start-up toulousaine lève 50...