Sharp veut faciliter la culture de fraises grâce à la technologie

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Sharp a imaginé une ‘usine numérique’ capable de produire des fraises toute l’année en reproduisant les conditions idéales pour la culture des fruits et pouvoir produire localement sans pesticides.
Le géant japonais Sharp est plus connu pour ses sublimes dalles numériques pour écrans de télévisions que pour son coté écolo, mais sa dernière invention dans le domaine de l’agriculture connectée pourrait bien séduire et intéresser dans de nombreux pays du monde !
Dans une enceinte fermée, Sharp a mis au point un système capable de reproduire artificiellement les conditions idéales de culture des fraises (puis d’autres fruits et légumes).
fraises
Note : C’est aussi le pari lancé par la startup française Agricool avec des containers installés à Paris.
En industrialisant ce procédé d’agriculture connectée et en le commercialisant comme une ‘usine clé-en-main’, Sharp espère pouvoir proposer à un prix compétitif une solution pour produire localement des aliments comme la fraise, et ce n’importe où et sans utilisation de pesticides.
sharp_strawberry_facility-590x330

Comment ça marche ?

Spécialisé dans l’électronique, le groupe japonais a mené avec succès des expérimentations à Dubaï (EAU) durant 2 années portant sur l’agriculture connectée.
Sharp se préparerait désormais à commercialiser son usine hors-sol pour la production de fraises.
Le procédé repose à priori sur la technique de “culture en salle blanche” comme vous avez pu le découvrir dans le film Seul Sur Mars récemment au cinéma. Il s’agit de reproduire dans une enceinte fermée les conditions idéales au développement du fruit en apportant l’ensemble des besoins de la plante fruitière :

  • éclairage à LED pour la maturation du fruit,
  • purificateur d‘air pour éliminer les germes,
  • système de mesure et de contrôle pour piloter la température, l’humidité,

Ces 3 éléments combinés permettraient selon Sharp de déterminer avec précision, le moment idéal pour la récolte des aliments, produits localement et sans ajouts d’engrais ou pesticides de synthèse.
Le cas de la fraise est d’ailleurs surprenant mais finalement logique : il s’agit d’un fruit fragile qui supporte mal le transport et dont la qualité se détériore rapidement s’il n’est pas récolté et consommé dans les conditions idéales.
sharp-strawberries-630x420

Disponibilité et prix

Comme ses concurrents Panasonic, Fujitsu ou Toshiba, Sharp veut donc permettre à n’importe qui de cultiver localement (même en ville) et sans connaissances agricoles particulières.
Reste que le prix de cette installation ne permet pas tout à fait de rivaliser avec la nature : chaque module serait commercialisé au prix de 100 millions yens, soit l’équivalent de 820.000 dollars pour l’instant.
C’est un premier pas vers l’agriculture connectée hors-sol qui, plutôt que de nourrir les populations démunies, vise donc ici à produire des denrées rares aux 4 coins du monde, là où hôtels et restaurants de luxe ont du mal à s’approvisionner en produits d’exceptions.
C’est presque dommage, tant l’idée est bonne…

Via – image : shutterstock
Partager
A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Pingback: Sharp veut faciliter la culture de fraises gr&a...