[Etude] Comment les seniors perçoivent-ils les objets connectés ?

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une étude menée auprès de personnes âgées, permet de comprendre la perception que les seniors ont des objets connectés qui les assistent au quotidien. L’étude a été menée par Senior Compagnie, une société d’aide à domicile pour personnes âgées et handicapées, qui a interrogé 250 seniors en juin 2015. Les répondants sont majoritairement des femmes (71%), majoritairement handicapés et/ou dépendants (92%) et ont pour 75% plus de 81 ans.

Les interfaces de communication et appareils domotiques les plus connus parmi les objets connectés

etude-objet-connecte-senior

L’étude commence par analyser la connaissance qu’ont les seniors de l’univers de l’internet des objets. 56% déclarent connaitre ce que sont les objets connectés. Mais l’étude cite le “téléphone portable”, l’“ordinateur portable” et les “tablettes” comme des objets connectés. Il conviendrait de savoir comment les objets connectés ont été définis aux seniors lors de l’étude : inclut-elle ou exclut-elle ces interfaces de communication ? Dans le cas d’une inclusion, sur les 56% qui déclarent connaitre les objets connectés, la majorité doit concerner ces interfaces de communication (téléphone/ordinateur/tablette) ce qui laisse très peu de marge pour les objets connectés qui sont encore très méconnus chez ces seniors. En second après les interfaces de communication, les appareils domotiques et les appareils de surveillance à distance sont également cités comme connus par l’étude.

L’objet connecté : le moyen de rester au maximum indépendant

etude-objet-connecte-senior-2

Pour les seniors interrogés, les objets connectés sont un moyen de rester un maximum indépendant en leur fournissant une assistance santé et sécurité. Par exemple, prévenir le médecin ou un proche en cas de chute est souvent cité, mais aussi l’aide aux geste de la vie quotidienne ou à la mobilité. Plus surprenant, l’objet connecté est également perçu dans certains cas comme une compagnie et un outil ludique par les seniors.

Fait intéressant, les objets connectés sont majoritairement acquis en location (à 61%), plutôt qu’en achat, la location signifiant qu’ils sont intégrés dans le service d’une prestation à domicile. Nous voyons ici l’importance du prescripteur dans la distribution des objets connectés chez les seniors : les médecins et sociétés d’aide à domicile jouent un rôle prépondérant pour faire connaitre et faire utiliser les objets connectés aux seniors.

Un intérêt limité pour les objets connectés et une différence générationnelle

etude-objet-connecte-senior-3

 Les seniors montrent un intérêt limité pour les objets connectés ; intérêt qui de plus est, constitue le principal frein à l’achat. De nombreux seniors montrent une indifférence face à un phénomène “qui les dépasse”. Le prix vient en troisième position de frein d’achat (à 29%) alors qu’il occupe une place plus prépondérante chez les non-seniors. La capacité à utiliser l’objet correctement et le coût d’apprentissage constituent également des freins à l’achat chez ces seniors.

Source

Partager
A propos de l'auteur