La sécurité des données issues d'objets connectés pose question en France

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les objets connectés de la maison ont le vent dans le dos. Mais la sécurité des données générées par ces accessoires continue d’inquiéter les particuliers, notamment en France où les arguments des fabricants ne convainquent pas toujours…
Si le concept d’objets connectés est désormais bien maitrisé par la plupart des particuliers français, l’usage d’accessoires électroniques communicants demeure marginal en France.
Malgré les promesses de plusieurs dizaines de milliards d’objets connectés à l’horizon 2020, il faut bien se rendre à l’évidence : les Français sont encore une minorité à avoir intégré un objet connecté à leurs usages quotidiens.
Bosch-smarthome-livingroom
En dehors du smartphone, les objets connectés doivent encore démontrer leurs utilité mais aussi convaincre sur le plan de la sécurité.
C’est en substance ce que confirme une étude Ifop pour Hiscox relayée par LeParisien,fr, qui vise à estimer le niveau de confiance dans ces produits.

Connaitre et comprendre

Si 57% des français interrogés et jusqu’à 76% des moins de 25 ans (69% des Franciliens) maitrisent correctement la notion d’objet connecté, ils sont 58% à les considérer comme inutiles. Aïe !
Les questions de sécurité sont avancées par l’étude pour souligner l’origine de ce désamour bien que paradoxalement, 31 % des français comptent offrir un objet connecté à Noël.
Globalement, les 65% des sondés considèrent que les objets connectés exposent les données personnelles, considérées comme relativement mal protégées. La moitié des personnes ont ainsi peur qu’un tiers non autorisé puisse accéder à leurs informations, comme dans le cas du Hacking de VTech par exemple.
securite-objets-connectes

L’angoisse des failles de sécurité

D’après l’étude, les français sont par exemple seulement 24% à ignorer que leurs données sont stockées sur les serveurs du fabriquant de l’objet connecté et non pas directement dans le produit.
Dans ce contexte ils sont 76% à ne pas souhaiter partager leurs données afin de préserver leur vie privée. Afin d’être plus à l’aise, ils aimeraient pouvoir protéger davantage ces données, ou tout simplement qu’elles soient automatiquement détruites après un certain délai.
smartwatch-train-iot

La sécurité et le BYOD

En entreprise, l’étude estime que les salariés équipés d’au moins un appareil mobile professionnel sont souvent à l’origine de pratiques qui peuvent se révéler dangereuses pour l’intégrité du système de données de leurs entreprises.
L’utilisation des appareils professionnels dans la sphère personnelle est un autre vecteur de menace pour la sécurité des données des entreprises selon l’étude conduite par l’Ifop (82% des salariés se connectent à Internet au moins 1 fois par semaine pour des raisons personnelles et 77% transportent des fichiers professionnels sur une clé USB).

Via

Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire