Save, la startup française qui promet de réparer vos objets connectés

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Alors que les objets connectés vont se démultiplier, une startup française, Save my Smartphone, promet d’assurer la réparation de vos objets connectés. 

Créée par Damien Morin en 2013, la startup Save My Smartphone –devenue Save– répare en express vos smartphones et tablettes. La société a reçu la semaine dernière le prix de la Révélation de l’Année à l’occasion de la 11 ème cérémonie des BFM Awards.

Un an après sa création, l’entreprise réalise près de 1 M€ de chiffre d’affaires et compte plus de 200 collaborateurs. Save se développe vite et affiche désormais l’ambition de s’occuper de nos objets connectés.

Save-my-smarphone5-1024x678

Une levée de fond de 15 M€

Save a annoncé en Septembre une levée de fonds de 15 millions d’euros pour atteindre les 600 collaborateurs d’ici la fin de l’année et multiplier ses points de ventes à l’international. En 2015, la startup a d’ailleurs été rebaptisée Save, car elle a l’ambition d’élargir son activité aux objets connectés. Save pourrait ainsi s’ouvrir aux milliards objets connectés qui promettent d’envahir nos vies d’ici 2020 et surfer sur la vague de l’internet des objets.

save-my-smartphone-damien-morin

L’installation et la réparation d’objets connectés ?

Les objets connectés prennent de plus en plus de d’importance en distribution. La FNAC, Orange, Legrand ou Lick, tous se positionnent en distributeur d’objets connectés. Pourtant, les objets connectés peinent aujourd’hui à trouver un large public qui se montre encore réticent à l’achat. Soucieux de la confidentialité et des problèmes de sécurité autour des données récoltées, les consommateurs n’achètent encore que trop peu d’objets connectés.

Freinés par un prix qu’ils jugent encore trop élevé par rapport à la valeur qu’ils perçoivent dans l’objet : les objets connectés sont bien souvent vus comme des gadgets encore trop chers.

Lorsque la valeur des objets connectés sera mieux construite et mieux comprise, ces derniers devraient se démocratiser. Comme pour les smartphones, ils représentent une complexité technologique qui nécessite bien souvent du soutien pour l’installation et la réparation.

smartphone-reparation-mobile

Des acteurs se positionnent en installateur de confiance, comme La Poste qui s’occupe par exemple de la mise en route de la Lysbox, un boitier connecté permettant un suivi des prestations d’aide à domicile reçues par les personnes âgées et dépendantes.

Il y reste de la place pour du service après-vente et la réparation d’objets connectés, souhaitons un bon développement à Save My Smartphone My Connected Object.

images : 1 / 2

Partager

A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Pingback: Save, la startup française qui promet de...

Laisser un commentaire