Samsung se lance dans la course à la voiture autonome avec Baidu

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Samsung annonce qu’il va déployer une équipe dédiée au développement d’une voiture autonome, en partenariat avec le groupe chinois Baidu, qui travaille déjà depuis 1 an sur le sujet.
On savait déjà que BMW et Baidu s’intéressaient aux voitures autonomes et travaillaient en partenariat. Désormais, Samsung rejoint la danse et compte bien rapidement compter sur le marché des véhicules autonomes.
boo-keun-yoon-samsung-ces
Le géant sud-coréen est l’un des acteurs les plus puissants du monde de l’électronique (au coudes-à-coude avec Apple dans les smartphones) et il semblait aberrant qu’il ne s’intéresse pas davantage à l’automobile jusqu’à présent tant le secteur a la côte auprès du grand-public.
Avec l’aide du géant chinois Baidu, Samsung va déployer une équipe dédiée au sujet afin de travailler à la mise au point d’un système de pilotage pour voiture autonome.
Non seulement Samsung trouvera une fois de plus Apple sur son chemin, mais désormais le conglomérat coréen devra compter avec la concurrence de Tesla, General Motors, l’application Uber ainsi que la plupart des constructeurs automobiles traditionnels, dont Audi et Mercedes en tête.
baidu-moteur-recherche
En s’associant à Baidu, Samsung choisi un partenaire qui a déjà fait ses preuves dans le domaine. Une précédente expérimentation avait permis à Baidu de montrer que son véhicule autonome était déjà capable de parcourir plusieurs dizaines de kilomètres en mode autonome.
La principale difficultés pour les véhicules intelligents embarquant de tels capteurs n’est finalement pas tant de se positionner dans l’espace mais de contrôler en permanence leur environnement, la position des piétons et la trajectoire d’autres véhicules par exemple.
baidu-autonomous-car-bmw-samsung
Wang Jing, VP of Engineering chez Baidu, explique au WSJ :

La voiture a montré une autonomie complète sur la totalité de la route et a exécuté avec succès des manœuvres de conduite dont les virages à droite et à gauche, les demi-tours, la décélération quand un véhicule est repéré à l’avant, les changements de voie, le dépassement d’autres voitures plus lentes ou l’insertion dans le trafic routier.”

Selon Guillaume Trehard, ingénieur spécialisé dans les systèmes ADAS (Autonomous Driving Assistance Systems) chez Akka Technologies, ‘il faut distinguer plusieurs niveaux d’autonomie des véhicules pour comprendre les étapes techniques et réglementaires qu’il reste à franchir‘ avant de disposer d’une voiture réellement autonome.
Pour lui, les assistants de conduite que nous connaissons déjà dans nos véhicules ne représentent que le premier niveau d’autonomie pour les voitures. Et il faudra au moins 10 ans avant de surmonter tous les défis et d’atteindre le 5 ème niveau d’autonomie des véhicules.

Via

Partager
A propos de l'auteur