Philae : Comment la mission spatiale Rosetta impacte-t-elle les objets connectés ?

Pinterest LinkedIn Tumblr +

On l’a vu au cours des derniers jours au journal télévisé de toutes les chaines : la mission spatiale Rosetta a permis de poser la sonde Philae sur une comète située à 11 années de voyage. Ce qu’on sait moins, c’est que la mission spatiale Rosetta aura des répercussions positives sur le secteur des télécoms, de l’internet des objets et la fabrication de batteries au lithium.

La technologie de Rosetta au service de l’industrie :

Le secteur des télécommunications fait par exemple partie des plus demandeurs concernant les systèmes d’alimentation de secours pour répondre à l’essor du cloud computing, au phénomène de streaming des données, etc. Les technologies développées par Saft, l’un des acteurs majeurs sur ces technologies, pour la Mission Rosetta auront (au moins) permis de mettre au point de nouvelles manières d’assurer le stockage et la conservation d’énergie qui seront réutilisées sur Terre par les Telecoms pour faire fasse aux situations de surcharge temporaire.

Lancée en mars 2004, la sonde Rosetta a parcouru plus de quarante fois la distance qui sépare la Terre du Soleil et aura passé près de 31 mois en hibernation spatiale suite à la mise hors tension de la plupart de ses systèmes pour économiser de l’énergie. Réveillée au début de l’année 2014, Rosetta a évolué vers la comète 67P/ Churyumov-Gerasimenko.

comète-67P-Churyumov-Gerasimenko

La batterie LSH20 au lithium primaire, développée par Saft, est l’un des organes qui aura permis le succès Rosetta et de son module d’atterrissage Philae (100 kg) qui s’est posé voilà 2 jours. Pendant plus d’un an, l’objectif de Philae sera d’étudier la composition de la structure rocheuse et glaciaire de la comète 67P/ Churyumov-Gerasimenko tandis qu’elle se déplace vers les zones plus chaudes du système solaire. L’atterisseur Philae embarque pas moins de dix instruments scientifiques qui ont déjà commencé à transmettre les premières images prises à la surface de la comète.

Les batteries embarquées à bord de Philae jouent évidemment un rôle prépondérant dans le bon déroulement de la mission d’étude puisqu’elles alimentent tous les systèmes de bord dont le matériel informatique et scientifique, ainsi que les système de communication permettant d’envoyer les informations récoltées à la Terre. Les piles lithium de Saft se caractérisent notamment par un taux d’autodécharge très faible, une caractéristique précieuse dans le cadre de ce type de mission. Ces batteries garantissent en effet la disponibilité d’une puissance maximale pour exécuter les opérations nécessaires après un périple de 10 ans. Une technologie qu’on a hâte de voir transposer à nos smartphones par exemple… 😉

sonde-rosetta-philae

Les objets connectés vont bénéficier de Rosetta :

Les batteries de Saft devraient bientôt pouvoir alimenter directement des terminaux de l’Internet des objets au sein d’un large éventail de conditions d’usage. Ces batteries ne nécessitent en effet ni maintenance ni remplacement tout au long de la vie des objets connectés. Les batteries rechargeables fonctionnent aussi parfaitement sur de larges plages de températures, pouvant aller jusqu’à 150°C pour assurer une autonomie énergétique sans faille.

Une batterie révolutionnaire qui se recharge de 70% en 2 minutes !

Via

Partager
A propos de l'auteur