Qualcomm Halo promet de simplifier la charge des véhicules électriques

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Qualcomm tente d’imposer Halo, sa technologie sans-fil permettant la recharge des voitures électriques sans avoir besoin de brancher de cables. Nous avons visité le laboratoire où la technologie est développée, à Munich en Bavière.
Parmi les technologies utilisées dans le cadre de la course de Formule E qui s’est déroulée à Paris le week-end dernier, Qualcomm Halo est mis au point en Allemagne.
A Munich, nous avons pu visiter le laboratoire où cette technologie –dite WEVC– de recharge sans-fil est développée et mise au point.
Le dispositif WEVC (pour Wireless Electric Vehicle Charging) de Qualcomm a été baptisé Halo ; celui-ci permet de régénérer l’énergie des batteries d’un véhicule électrique en transférant l’énergie nécessaire à l’aide d’ondes.
qualcomm-halo-munich-4
Pour les véhicules, il suffit de s’équiper d’un récepteur à installer sous le plancher du véhicule (voir photo ci-dessus).
On doit aussi installer un ‘pod‘, une sorte de tapis (à la manière des supports de chargement par induction de nos smartphones) chargé de diffuser verticalement les ondes de charges, d’une fréquence de 85kHz.

Fonctionnement d’Halo

Le fonctionnement de la technologie Qualcomm Halo est pour le moment liée à un positionnement statique du véhicule au dessus du plot de charge.
La valeur ajoutée est évidente (vous n’avez rien à débrancher avant de monter en voiture) bien que limitée en l’état actuel des choses : pas de réseau WEVC déployé à ce stade.
Conscient des progrès à parcourir, Qualcomm utilise principalement la recharge statique pour convaincre les constructeurs automobiles d’anticiper ce principe en aménageant la place nécessaire au système lors des phases de conception de nouveaux modèles de véhicules électriques.
qualcomm-halo-munich-14
Au moins 4 éléments sont indispensables au bon fonctionnement du système : Un émetteur au sol, un récepteur embarqué, un amplificateur (wallbox) et un rectificateur (pour convertir le courant AC en courant DC).

Qualcomm travaille aussi déjà en parallèle à une itération de son système WEVC pour la recharge en situation de mobilité urbaine (moins de 40 km/h) voire carrément en situation dynamique, c’est à dire en roulage sur autoroutes !
qualcomm-halo-wevc
Au sein du laboratoire Munichois du géant américain, on avance les avantages d’un tel système : des batteries faciles à recharger permettrait d’utiliser des accumulateurs de plus petites tailles et donc d’aboutir à des véhicules moins cher à l’achat.
Autre atout, en rechargeant facilement les batteries grâce au sans-fil, les utilisateurs pourraient plus facilement opérer leur véhicule dans les plages optimales de fonctionnement des batteries.
qualcomm-halo-munich-11
Pour “se brancher“, un utilisateur n’aura en théorie pas grand chose à faire de plus que se garer droit. Le système tolère jusqu’à 10cm d’erreur d’alignement et une application mobile permet de s’assurer qu’on est en position adéquate pour utiliser Qualcomm Halo.
[fullWidthImage id=”38866”]

Un système sécurisé

Chez Qualcomm, on rappelle cependant que le système Halo n’est pas encore pour autant considéré comme un standard de l’industrie automobile.
Si les ingénieurs interrogés espèrent secrètement voir Halo imiter la technologie AllJoyn, un protocole de communication sans-fil développé par Qualcomm et devenu l’un des standards de référence dans le secteur du Smart Home suite à son versement au domaine public par l’entreprise.
Malgré tout, on est à Munich d’une prudence raisonnable lorsqu’on interroge les responsables sur le délai nécessaire à la standardisation d’un tel dispositif de recharge sans-fil pour les véhicules.
qualcomm-halo-munich-5
“Le secteur automobile impose un temps long” nous dit-on et :

“Chaque aspect d’Halo doit faire l’objet d’efforts de standardisation séparés, le format, les fréquences utilisés de même que l’impact électromagnétique sur les autres systèmes doivent être étudiés séparément pour aboutir à un consensus large d’ici quelques années (…)”

En attendant de séduire aussi largement, Qualcomm semble déjà travailler avec de nombreux constructeurs, parmi lesquels l’alliance Renault-Nissan ou BMW puisque nous avons pu tester le système (sous la neige) au laboratoire avec les modèles Nissan Leaf, Renault Fluence ou BMW i3.
[fullWidthImage id=”38864″] Qualcomm tente pour le moment de convaincre ces acteurs industriels de l’efficacité d’Halo, en affinant progressivement les systèmes de sécurité qui lui sont intégrés : la détection d’objets métalliques ou le passage du bras du conducteur à proximité du dispositif entraine systématiquement sa désactivation.

Il s’agit là surtout de préserver la santé de l’utilisateur (s’il porte une prothèse ou un pacemaker) et le système de tout risque de surchauffe (ci-dessus avec un paquet de cigarettes ou l’opercule d’un pot de yaourt).
Pour plus d’informations, le site du constructeur regorge d’informations additionnelles, ainsi que cette vidéo :

Note : Fort heureusement pour les amateurs de mécanique, il n’y avait pas que des Renault Fluence voitures électriques à Munich 🙂
qualcomm-halo-munich-15

Partager
A propos de l'auteur