PwC : 20% des entreprises investissent dans l'Internet des objets

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Une étude du cabinet PwC montre que l’internet des objets laisse de moins en moins d’entreprises indifférentes. Les objets connectés font l’objet d’investissements croissants de la part des entreprises françaises, tous secteurs d’activité confondus.
Les entreprises engagent petit à petit la découverte et l’adoption de l’internet des objets. Elles investissent notamment de plus en plus dans des capteurs permettant de récolter et d’analyser un maximum de données afin de repousser les limites de la gestion des risques, selon l’étude du cabinet d’audit PwC. Les objets connectés impliquent la maitrise du hardware, mais aussi des infrastructures réseau et du software, qu’il faut le plus souvent adapter aux contraintes de la mobilité et des capacités techniques offertes par le parc de smartphones actuel. L’étude PwC détaille le rôle central des capteurs pour l’extraction et de la valorisation du Big Data :

« Du réfrigérateur à la voiture, les objets connectés rapportent des milliers d’informations dans le giron du numérique. Ils vont faire de l’Internet des objets une industrie de plusieurs milliers de milliards de dollars en 2020 »

Une révolution à pas de velour :

Actuellement, PwC estime que 20% des entreprises (parmi les 1.500 répondants à l’étude) ont d’ores-et-déjà investit -ou prévu de le faire- dans l’internet des objets contre 17% en 2013. Environ 15% d’entre elles indiquent aussi avoir placé l’usage de capteurs en tête de leurs priorités pour la stratégie de données de leurs 5 prochaines années. L’internet des objets couvre en effet un large spectre d’activités et est en train de modifier considérablement la logistique des entreprises.
etrack-valise-connectee-air-france
A titre d’exemple, PwC rapporte que l’opérateur téléphonique américain AT&T a mis en place un système de « bagages intelligents » dans les transports aériens grâce à l’association des technologies LTE et GPS. Comme pour les services eTrack ou Bag2Go, il est ainsi possible de suivre sa valise en temps réel sur l’écran de son smartphone ou sa tablette tactile. De son côté, la ville de San Jose s’est équipée d’un réseau de capteurs pour mesurer le trafic routier urbain et la pollution atmosphérique ou sonore pour mieux l’anticiper et la réguler.

Les objets connectés comme aide décisionnel

PwC souligne l’intérêt des objets connectés dans le cadre décisionnelle des entreprises, qui ont par le passé trop souvent basé leurs analyses sur des démarches qualitatives/quantitatives. Les données récoltées grâce à l’internet des objets permettent d’étudier des phénomènes en condition réelles d’utilisation afin de prendre les meilleures décisions et avec un meilleur niveau de certitude. Cela s’applique à la fois dans le domaine de la supply chain que dans le cadre de processus de gestion de la relation client.
L’utilisation de ces équipements à des fins décisionnelles est notamment fait l’objet d’une sur-représentation dans les secteurs de l’énergie, notamment miniers, et des transports, pour lesquels la pollution et les assurances sont des facteurs clés de compétitivité. Une fois remontées aux entreprises, les données récoltées permettent ainsi de doper l’efficacité énergétique.

credit image : Shutterstock

credit image : Shutterstock

Dans le secteur automobile par exemple, les constructeurs équipent leurs nouveaux modèles d’accessoires connectés visant à renforcer la sécurité des conducteurs mais aussi l’efficacité de leurs véhicules connectés. A terme, l’objectif est bel et bien de mettre sur le marché une voiture autonome d’ici à 2020, pour laquelle les tests sur route ouverte seront autorisés dès 2015.
Des sociétés internationales telles qu’Intel, Bosch ou Qualcomm proposent déjà des packs de capteurs permettant d’adresser les besoins de ces différents secteurs. En outre, des standards spécifiquements adressés à l’internet des objets sont en gestation pour permettre l’interopérabilité des équipements produits, comme AllSeen Alliance (Qualcomm et Microsoft), Open Interconnect Consortium (Samsung et Dell) ou Open Automotive Alliance (Google).

source : LeMondeInformatique / credit image : Shutterstock

Partager
A propos de l'auteur