PSA Peugeot Citroën nous présente la voiture connectée de demain

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le 25 Juin dernier, PSA Peugeot-Citroën nous a ouvert ses portes pour nous donner un avant goût des futures innovations du groupe français en matière de voiture connectée.

Depuis l’apparition des premiers véhicules motorisés, le monde de l’automobile a bien évolué, que ce soit en termes de confort, de fiabilité, de sécurité mais également de connectivité. En effet, fini le temps où des combinés téléphoniques étaient installés dans les autos. Dorénavant, les smartphones font partie de nos vies et amènent une nouvelle connectivité directement dans l’habitacle : bienvenue dans l’ère de la voiture connectée. Et sur ce sujet, de nombreux acteurs se bousculent pour présenter leurs dernières innovations à l’image de CarPlay d’Apple. Mais qu’en est-il des constructeurs automobiles ? Car au final, ce sont eux qui vont gérer l’intégration de ces nouveaux écosystèmes dans leurs véhicules ? Leur discrétion cache-t-elle quelque chose ? La réponse est oui et nous avons pu nous en assurer lors d’une journée événement sur le circuit privé de la Ferté Vidame, un site de tests du groupe PSA Peugeot-Citroën. Que nous réserve PSA dans les prochaines années ? Voici un avant-goût du futur.

peugeot connect

La voiture connectée, plusieurs définitions

Comme toujours, dès lors qu’un nouveau mot apparait sur le marché, tout le monde se l’approprie ce qui donne plusieurs définitions possibles. C’est le cas de la voiture connectée. A-t-on à faire à une voiture bardée d’électronique ? Une voiture qui analyse l’environnement ? Ou une voiture qui utilise les réseaux télécoms ?

Au final, la voiture connectée est un ensemble de technologies embarquées. Il reste cependant possible de distinguer deux domaines différents au sein de la voiture connectée : la conduite et la connectivité. Deux éléments très importants dont le groupe PSA a pris conscience et qui sont moteurs dans le développement des futures technologies proposées au client.

De l’électronique pour toujours plus de praticité

Les voitures intelligentes, nous connaissons, elles font désormais partie de notre quotidien. En effet, nos automobiles possèdent de plus en plus de fonctions automatisées comme l’allumage des feux ou le déclenchement des essuie-glaces. Certaines vont même plus loin en proposant des fonctionnalités liées à l’environnement comme le parking automatique ou encore l’analyse d’angle mort.

Autant dire qu’aujourd’hui, tout est fait pour assurer au conducteur la plus grande sécurité et un confort optimal. Mais quelles seront les prochaines innovations de nos véhicules ? PSA nous en présente 3 qui feront leur apparition dans les prochaines années.

City Park Full Automatic, le parking automatisé pour 2017

City Park Full Autonmatic est une fonctionnalité à utiliser lorsque l’on souhaite se garer. Une fois activée, la voiture analyse l’environnement dans lequel le conducteur évolue et cherche une place adéquate. Jusque là, le conducteur garde la main sur le véhicule.

Dès lors que la voiture a repéré une place correspondant à ses dimensions, elle propose au conducteur de se garer. Une simple validation de sa part active automatiquement la procédure de parking entièrement automatisée. Aucune manœuvre humaine n’est nécessaire, que ce soit pour le volant ou les pédales.

City Park Full Automatic

Notre avis après test : perturbant au début mais finalement très malin et s’adressant à tous les conducteurs. En effet, on pourrait penser que cette option s’adresse à ceux qui ont du mal à se garer (point de blague misogyne ici) mais on aurait tort. En effet, la voiture calcule absolue tout. Plus besoin de se poser la question de savoir si la place est assez grande ou non. Et si finalement vous n’avez plus envie de vous garer, il est possible de reprendre la main sur la voiture en touchant le volant. « Oui mais comment vais-je sortir s’il ne me reste que très peu d’espace pour manœuvrer ? » Pas de soucis de ce côté-là, la voiture gère également la sortie de la place. Reste que le sentiment de fierté du travail bien accompli disparait.
A noter que cette fonction prend en compte les rangements en bataille et en créneau mais pas en épis (notamment à cause des angles morts).

Conduite automatisée, la voiture autonome pour 2020

Conduite automatisée

La voiture autonome, en voilà un projet que l’on évoque depuis longtemps mais dont nous attendons toujours l’arrivée. Chez PSA, ce sera pour 2020 avec une voiture capable de se conduire seule sur voie rapide. Pourquoi pas en ville me direz-vous ? Tout simplement à cause d’un trop grand nombre de dangers (piétons, intersections, feux, ronds-points…). Le principe étant également d’aider le conducteur lors des longs trajets monotones à l’image de ce que propose déjà le régulateur de vitesse.

Pour cela, PSA utilise un logiciel de cartographie qui regroupe les routes, les pentes ainsi que les limitations de vitesse. La voiture adapte donc sa vitesse en fonction de la limitation en vigueur. Comment cela fonctionne-t-il donc ? Le conducteur doit activer le mode de conduite automatisée qui donne le contrôle à la voiture. Dès lors, celle-ci analyse les lignes blanches tracées au sol (grâce à des caméras) et les suit comme un robot (à noter qu’en absence de marquage, le conducteur devra impérativement conduire le véhicule). Reposant sur divers logiciels, la voiture gère les trajectoires mais également la vitesse. Plus besoin de toucher ni le volant, ni les pédales. Et concernant la vitesse, la voiture s’adapte afin de ne jamais être en excès. Cela signifie qu’en amont, la voiture décélère automatiquement quelques dizaines ou centaines de mètres avant un changement de limitation pour être à la bonne vitesse au panneau.

– « Mais comment fait-on si un véhicule se trouve devant moi ? » Aucun souci, la voiture gère également les dépassements en prenant compte de l’environnement. Par exemple, elle patientera avant de doubler si un véhicule est déjà en train d’effectuer cette manœuvre.

– « Et comment se comporte la voiture lors d’un embranchement ? » Il suivra l’itinéraire entré dans le GPS.

psa-voiture-connectee

Notre avis après test : une voiture qui conduit toute seule, ce n’est pas rassurant. Une voiture qui conduit toute seule et qui prend des virages serrés à 60km/h, ça fait peur. Mais force est de constater que la solution est bluffante. En effet, testée sur piste à 80km/h, la voiture suit parfaitement sa trajectoire et anticipe à la perfection les limitations de vitesse.

Une solution parfaite donc pour les longs trajets sur voie rapide mais qui ne conviendra pas à tous. En effet, il est possible de partager les conducteurs en deux catégories : ceux qui utilisent la voiture seulement pour se déplacer et ceux qui l’utilisent pour le plaisir et les sensations de conduite. Pour les seconds, la voiture autonome représente un sacrilège car l’humain n’a plus le contrôle sur la voiture et perd donc son sentiment de puissance.

Mais d’un point de vue différent, l’arrivée de ce type de véhicule sur nos routes va permettre une fluidification du trafic. En effet, fini les mauvais dépassements, les coups de freins inutiles qui peuvent provoquer des heures de bouchons et surtout les têtes en l’air qui oublient qu’il est possible de se rabattre sur la voie de droite une fois que l’on a fini de doubler.

CO2 Cruise Assist, la conduite écologique pour 2018

CO2 Cruise Assist est une fonctionnalité qui permet de fluidifier sa conduite et surtout de diminuer sa  consommation. Sans rentrer dans les détails techniques, le principe est d’utiliser la cartographie de la route et divers logiciels afin de proposer au conducteur de lever le pied de l’accélérateur. Par exemple, nous roulons à 70km/h dans une pente et la limitation passera à 50km/h dans 500 mètres. Le système va inciter le conducteur à lever le pied afin que le véhicule décélère progressivement pour atteindre le panneau à la bonne vitesse. Cela permet d’éviter de freiner au dernier moment et optimise la consommation de carburant. Un confort donc pour les passagers et surtout pour les autres usagers de la route.

co2 cruise assist

Notre avis après test : après les deux premières démonstrations, force est de constater que ce système est moins impressionnant mais absolument pas moins intéressant. En effet, ici, le conducteur contrôle son véhicule. Aucune automatisation ne se met en route. Etrange lorsque l’on sort du véhicule qui roule tout seul mais ce point ici le but de la démonstration.

Le principe est de proposer un véhicule plus propre grâce à des calculs permettant une optimisation des accélérations et des freinages. En somme, il but est de modifier la conduite du pilote. Le gain pour le consommateur est une fluidification du trafic et surtout une consommation énergétique moins importante. Une option très bien pensée qui incite à lever le pied pour consommer moins mais également pour amener plus de sécurité sur les routes.

Et la connectivité dans tout ça ?

La journée sur le site de la Ferté Vidame a été riche en démonstrations. Cet article résume les innovations liées à la conduite que nous avons pu découvrir et qui arriveront dans les prochaines années dans nos véhicules. Mais qu’en est-il de la voiture connectée en elle-même ? Celle qui se connecte à internet à amène des informations à l’utilisateur ? Celle qui s’ouvre toute seule et qui se pilote depuis un smartphone ?

Ces innovations proches de la domotique qui transforment notre voiture et la connectent au monde extérieur étaient également présentées lors de cet événement.

Partager
A propos de l'auteur