On peut pirater les imprimantes 3D en les écoutant…

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Des chercheurs de l’Université d’Irvine en Californie ont démontré la possibilité de pirater les imprimantes 3D en écoutant leur fonctionnement pour reproduire leurs créations.
Tandis que la plupart des fabricants d’imprimantes 3D commencent à peine à entrevoir un véritable marché grand-public pour leurs appareils, il semble que des esprits brillants aient déjà trouvé le moyen d’en pirater le fonctionnement.
Depuis son démarrage, le concept d’impression 3D attise autant de curiosité que de craintes autour du respect de la propriété intellectuelle.
Si certaines entreprises –comme le groupe SEB– choisissent de mettre à disposition les modèles 3D de leurs produits (afin de réduire les coûts de maintenance et remplacement de pièces usagées) d’autres s’inquiètent du risque de ‘copie’ généralisée grâce à l’impression 3D.
dagamo-imprimantes3D-roubaix-15
Pour aller plus loin, des chercheurs de l’université d’Irvine, en Californie, viennent même de prouver qu’on pouvait répliquer avec une étonnante précision la production d’une imprimante 3D.
Ce ‘piratage’ s’effectuerait simplement par l’écoute des bruits caractéristiques de la machine pendant le processus de fabrication additive.

Pirater une imprimante 3D

En phase d’impression, les moteurs, pompes et pièces mécaniques d’une imprimante 3D s’animent pour donner vie à des objets plus ou moins uniques. Mais il semble que l’écoute de cette symphonie permette de reconstituer avec une étonnante précision la nature de l’objet créé.
[fullWidthImage id= »37655″]
Selon les chercheurs, on pourrait ainsi reproduire ce qu’imprime une machine simplement en en écoutant le fonctionnement caractéristique. Si les fichiers 3D peuvent être encryptés et équipés de DRM (Digital Rights Management) de manière à en limiter le nombre d’utilisations, cette méthode permettrait de répliquer n’importe quelle impression 3D à condition de connaitre précisément la machine utilisée.
Le procédé pourrait être effectué à partir du micro d’un smartphone et il n’y aurait pas grand chose à faire pour s’en protéger, selon les conclusions des chercheurs d’Irvine.
Evidemment, pour copier correctement une impression entière, il faudra veiller à l’enregistrer du début à la fin, ce qui peut parfois prendre plusieurs dizaines d’heures.

Le marché des imprimantes 3D

Le marché des imprimantes 3D est en pleine explosion. Dans une étude de 2015, l’institut Gartner prédit par exemple une croissance de 103% des ventes d’imprimantes 3D en 2016 par rapport à l’année dernière.
De manière symbolique, les ventes devraient donc avoisiner l’an prochain les 500.000 unités, soit un demi-million d’imprimantes 3D vendues en 2016 (496.475).
Au cours des derniers mois :

  1. Mattel a annoncé une imprimante 3D pour créer ses jouets,
  2. nous sommes également allé visiter les locaux du fabricant Dagoma,
  3. et allé essayer Foodini, l’imprimante 3D alimentaire de Natural Machines.

Via – image : shutterstock

Partager

A propos de l'auteur

Un commentaire

Laisser un commentaire