M2M

Stéphane Richard confirme qu'Orange déploiera un réseau national en LoRa

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Au cours d’un “Tweet Talk” Stéphane Richard, PDG d’Orange,  a annoncé que son groupe déploierait un réseau bas-débit LoRa pour les objets connectés, comme pour Bouygues Telecom.

Comme c’est désormais régulier, Twitter France organise des interviews à distance entre les utilisateurs de son réseau social et des personnalités politiques, culturelles ou des capitaines d’industrie.

Stéphane Richard, PDG du groupe Orange, est le premier ‘grand patron‘ à avoir accepté de se prêter au jeu de ces questions courtes mais directes :


Il avait ainsi prévenu sur son compte Twitter (ici) qu’il répondrait aux questions des internautes ce 17 septembre à 17h30.

Le PDG d’Orange a ainsi inauguré la BlueRoom de Twitter France en étant la première personnalité invitée pour un Tweet Talk. Au passage, profitant de la question de Stéphane Soumier (très perspicace journaliste chez BFMTV), Stéphane Richard a confirmé qu’Orange allait également déployer un réseau bas-débit pour les objets connectés.

Basé sur la technologie LoRa de Semtech, le principal groupe télécom français espère ainsi couper l’herbe sous le pied de Sigfox (qui exploite une technologie concurrente) et de Bouygues Télécom, qui a annoncé une intention similaire. On présupposait ce choix depuis quelques mois et la participation d’Orange à un investissement de 25 millions dans Actility.

La technologie LoRa est complémentaire à celle utilisée par les réseaux cellulaires 3G ou 4G, mieux dimensionnés pour servir au transport de données plus lourdes.

Pour regarder un film en voiture, on privilégiera la vitesse de la 4G, mais pour transporter de minuscules volumes de données, LoRa suffit et permet de réaliser des économies d’énergie pour l’objet connecté et de coût pour l’opérateur.

lora-alliance

Sylvain Chevallier, consultant chez Bearing Point, explique aux Echos :

« L’autre enjeu pour les opérateurs télécoms, c’est de proposer aux entreprises qui fabriquent des objets connectés des services comme la collecte de données et leur mise à disposition au client ainsi que la facturation de celui-ci (…) le marché entreprise va démarrer plus rapidement que le grand public. On fait des expérimentations avec des entreprises de gestion des déchets, par exemple. (…) Un objet connecté rapporte beaucoup moins qu’un smartphone pour un opérateur, en valeur. Mais il va y avoir un tel volume d’objets connectés que les revenus futurs sont prometteurs » .

Le marché du M2M est porteur à long terme : Orange table sur 600 millions d’euros de revenus d’ici à 2018, soit seulement 1,5% du chiffre d’affaires global du groupe cette année… mais des milliards d’objets connectés sont attendus dans les années à venir : entre 30 et 80 milliards selon les sources.

Partager
A propos de l'auteur