Les objets connectés progressent dans les villes

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Gartner analyse l’adoption des objets connectés par les villes et estime que les smart cities concentreront 1,6 milliard de capteurs IoT dans le monde en 2016 et plus de 3 milliards dès 2018.
Selon le cabinet Gartner, 1,6 milliards d’objets connectés alimenteront les villes intelligentes dès 2016. Il s’agit d’un volume en hausse de 39% par rapport au 1,18 milliard de 2015.
smart-city-ville-connectee-1
Dès 2018, ce nombre devrait grimper à près de 3,3 milliards d’objets connectés disséminés dans les « villes intelligentes » du monde.
Ceux-ci seront porteront une composante importante de l’industrie 4.0, qui comptera pour une majeure partie des 50 milliards d’objets connectés attendus à l’horizon 2020.

L’influence de l’immobilier

Le secteur immobilier est très demandeur de solution IoT. Gartner estime que la majorité des objets connectés qui prendront place au sein des villes intelligents le seront dans le monde du bâtiment. Près d’un tiers des déploiements –soit plus de 5 millions d’objets connectés– seront notamment déployés dans les bâtiments commerciaux selon le cabinet d’analyse. Gartner
Les capteurs intelligents permettront notamment d’unifier la gestion des installations et la collecte des données de consommation pour modérer et adapter la facture énergétique aux usages réels. Bettina Tratz-Ryan, Responsable de Recherche chez Gartner, explique que c’est surtout vrai

“dans les grands sites, tels que les zones industrielles, les parcs de bureaux, des centres commerciaux, des aéroports ou des ports maritimes, l’IoT peut aider à réduire le coût de l’énergie, la gestion de l’espace et de l’entretien des bâtiments jusqu’à 30 %”.

Les ampoules connectées à LEDs et caméras de sécurité connectées représenteront à elles seules 24% des besoins en objets connectés pour les villes en 2016.

[fullWidthImage id=”30365″]

Dès 2018, le marché des objets connectés dans les habitations résidentielles devrait dépasser celui des usages au sein de bâtiments commerciaux. Les particuliers commencent progressivement à s’équiper d’objets connectés pour la maison, notamment via des TV connectées ou leurs box internet qui intègrent des protocoles domotiques largement répandus.
Le secteur de l’immobilier résidentiel est également très friand d’arguments de différentiation. Et les objets connectés donnent de nombreuses possibilités dans ce domaine. On pense notamment aux thermostats connectés, aux alarmes connectées ou aux appareils électroménagers intelligents.
En pleine Conférence Climat à Paris (Cop21), les objets connectés donnent également à de nombreuses collectivités locales l’opportunité de reprendre le contrôle de leurs objectifs environnementaux en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre.
[fullWidthImage id=”29403″] Au global et après l’univers du bâtiment, ce sont les transports (517 millions) et les services publics (463 millions) qui représenteront les plus gros marchés pour l’IoT dans les villes en 2018. A l’inverse, Gartner analyse que le domaine du bien-être/santé comptera seulement 13,4 millions d’objets.

Via

Partager
A propos de l'auteur