Au SXSW, les objets connectés du Smart Home tiennent salon

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Au SXSW, qui se tient actuellement à Austin au Texas, les objets connectés tiennent une place de choix dans les débats. Cette année, les 3 tendances identifiables concernant le smart-home se résument en 3C :  Context, Care, Conscious !

Omniprésents cette année au SXSW, les objets connectés se sont invités aussi bien dans les débats (plus de 50 conférences étaient dédiées à l’internet des objets) que sur les stands du Trade Show, un concours de projets innovants. On retrouvait ainsi partout à Austin des interventions sur le thème de la domotique, de l’intelligence artificielle ou des wearables.

assurance-habitation-protection-alarme-smarthome

Au-delà des nombreuses innovations technologiques présentées, il semble que cette année ait été marquée par une prise de conscience liée davantage aux usages qu’au Hardware. Les 3C identifiés par Séverine Dumont (Joshfire) se retrouvent dans la plupart des secteurs d’activités où l’internet des objets est présent : santé, transports, éducation, retail ou divertissement. Autour du Smart Home, de nombreux usages se concentrent afin d’offrir un écosystème de produits et services cohérents et compatibles entre eux. Cette prise de conscience est palpable cette année au SXSW.

Apple-TV-HomeKit-1

Les objets connectés dans leur contexte :

Le Smart Home, nouvelle appellation de la domotique, doit ainsi se doter de plus de contexte en élargissante l’interaction homme-machine (IHM) et en élargissant ses paramètres à une intelligence artificielle capable de plus de mémoire, d’initiative et de corrélations en fonction des habitudes d’usage des utilisateurs. Au SXSW, l’intelligence des objets connectés se mesurent davantage par leur capacité à anticiper les besoins qu’à communiquer au bon moment. Peu d’acteurs sont pour le moment capables de mettre en oeuvre cette vision :

Les objets connectés au service de l’humain :

Car il ne faut pas perdre de vue que la maison connectée est avant tout au service de ses habitants. Elle les protège (comme avec le détecteur de fumée Nest), améliore leur confort en les affranchissant de tâches répétitives ou les protège grâce aux alarmes connectées ou à plusieurs types de serrures connectées.

En matière de santé, les objets connectés prennent désormais une part active dans le maintien à domicile, le bien vivre et le bien vieillir. Des accessoires comme le capteur Cue (voir ci-dessous) ont désormais leur place à la maison, dans un contexte de réduction générale des dépenses de santé et de rationalisation des dépenses de soins. Ainsi, des objets connectés se lancent dans la santé pour traiter la plupart des pathologies, comme l’asthme, le diabète, la maladie d’Alzeihmer ou de Parkinson.

cue-capteur-sante-connectee-2

Dans leur approche la plus ludique, les objets connectés de la maison peuvent intégrer des principes de gamification (faisant tourner l’usage autour du jeu) ou du quantified self (aidant chacun à prendre conscience de son mode de vie).

Dans toutes ces applications, la sécurité des données personnelles issues de l’usage d’objets connectés reste une incertitude majeure. Préoccupation principale des utilisateurs, les fabricants doivent rapidement concilier des cycles d’innovation d’innovation et de mise sur le marché de plus en plus courts et le temps de test suffisant à la garantie d’un niveau de sécurité satisfaisant. Les données des utilisateurs peuvent ainsi être stockées dans les objets connectés, mais également via des solutions de stockage cloud ou sur des NAS privatifs, situés à la maison.

L’aspect émotionnel des objets connectés de la maison :

Les objets connectés de la maison, parce qu’ils prennent une place de choix au sein de notre foyer, c’est à dire au sein de notre intimité, doivent évoluer vers des contenus et des comportements en lien avec nos usages. La reconnaissance vocale, l’intelligence artificielle, l’identification de schémas comportementaux doivent permettre aux objets connectés d’être plus ‘humains‘. Des projets comme ceux de l’assistant virtuel Viv, de la société SensAI ou de Cycorp visent ainsi à permettre aux robots de mieux comprendre et analyser le mode de vie des humains, afin d’améliorer leurs capacités prédictives.

crédit photo : Signe Brewster via GigaOM

En s’humanisant, comme la Mother de Sen.se (lire notre test) ou le petit robot Jibo, les objets connectés parviendront aussi à remédier au problème d’abandon d’usage auxquels ils font tous face à des degrés divers. Dès lors, ces SVPAs (Smart Virtual Personal Assistants) géreront nos agendas, trieront nos emails, programmeront nos tâches, et à mesure qu’ils nous connaitront, ils seront à-même de créer une relation plus forte et plus émotionnelle.

Le marché du Smart Home compte à lui seul un potentiel de croissance le plus important pour les fabricants d’accessoires domestiques. Une récente étude Transparency Market Research (ici) estime que ce marché passera de 4,4 à 21 milliards de dollars entre 2014 et 2020. Cette progression sera notamment catalysée par la réussite des secteurs principaux : la sécurité, le divertissement et l’éclairage intelligent.

Partager
A propos de l'auteur