44.000 milliards de Go générés par les objets connectés en 2020

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La publication par IDC d’un rapport commandé par EMC,  spécialiste américain du stockage, révèle le raz-de-marée annoncé par l’émergence des objets connectés dans le monde. Ce succès annoncé entraînera une explosion du volume de données produites et à stocker. De nouvelles problématiques apparaitront pour la gestion et le service de ces données au bon moment. Le rapport commandé par EMC montre que le volume de données dans monde pèsera près de 44 000 milliards de Gigaoctets en 2020. A cette dates, 212 milliards d’objets connectés devraient être en circulation.
objets-connectes-domotique

Ce que dit le rapport d’IDC :

L’univers numérique est en pleine explosion grâce à l’Internet des objets. Selon le rapport d’IDC, le volume de données au niveau mondial représentera 10 fois plus qu’en 2013, au moment où est apparu le premier objet connecté pour le grand public. IDC indique qu’en 2020, 35% des données numériques seront produites par les objets connectés, au nombre de 212 milliards.
IDC dénombre aujourd’hui près de 20 milliards de dispositifs ou d’objets capables de se connecter à Internet, dont 7 % (soit 1,4 milliards) communiquent déjà via Internet et produisent environ 2 % des données numériques mondiales.
Objet-connectes_medium

L’explosion du volume de données :

Si les objets connectés permettent désormais de communiquer (y compris entre eux grâce au machinent-machine), se déplacer, faire du sport, se soigner ou s’instruire, cela ne va pas sans un accroissement fulgurant du volume de données informatiques générées et stockées dans le cloud. Microsoft a d’ailleurs pris des mesures significatives pour mettre à niveau Windows Embedded sur ce point (son OS pour les objets connectés).
Le volume de données échangées devrait ainsi exploser dans les années à venir : chaque foyer devrait ainsi produire 5 fois plus de données en 2020 qu’aujourd’hui. Par conséquent, les spécialistes estiment que l’internet des objets fera doubler la taille de “l’univers numérique” tous les 2 ans.
Le volume de données qui seront échangées va lui aussi exploser : grâce aux espaces de stockage dans le cloud, les données sont plus sécurisées et plus disponibles donc plus volontiers échangées par leurs propriétaires. Le volume des données qui sont partagées dans le nuage va ainsi doubler et les marchés émergents produiront bientôt davantage de données que les pays développés.
On s’attend à ce que les BRIC (Brésil, Russie, Inde, Chine) deviennent à terme les plus gros producteurs de données dans le monde, avec le Mexique.

Partager
A propos de l'auteur