L'internet des objets va-t'il faire disparaitre les embouteillages ?

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +
La révolution de la ville connectée passera également par une modification des habitudes de transport individuel. Bientôt, les feux anticiperont votre heure de passage pour vous laisser le champ libre… à moins que vous ne décidiez de louer votre service de transport à la demande plutôt que de posséder un véhicule personnel.

Alors que General Electric promet des lampadaires plus intelligents, on s’attend à ce que les feux tricolores y passent bientôt, laissant imaginer une révolution dans la circulation urbaine des véhicules. Dans les grandes villes, un automobiliste qui circule quotidiennement aura passé 66 heures supplémentaires dans sa voiture en 2014 que ce n’était le cas en 2013 selon TomTom. Cela ne dérangerait personne si l’on pouvait s’adonner à des activités annexes, comme le promettent la Google Car ou les projets de recherche d’Uber à l’Université Carnegie Mellon. Même le géant Apple chercherait à débaucher des ingénieurs en provenance de chez Tesla afin de mettre au point une voiture connectée ciglée par la pomme.

google-car-android-auto

Bientôt, des carrefours connectés :

Une fois que les capteurs auront pris place à bord des véhicules et des routes, que les outils de signalisation seront eux aussi connectés, des systèmes AIM (pour Autonomous Intersection Management) pourront être déployés facilement et à large échelle. Des dispositifs de ce type sont actuellement en cours de R&D à l’université du Texas d’Austin. Ainsi, plutôt que de stopper le trafic routier par des feux rouges à intervalles réguliers pour désengorger les voies, ces logiciels (couplés à ceux des véhicules autonomes) pourront décider d’adapter votre temps de parcours, basé sur l’heure à laquelle vous croiserez chaque intersection. L’ordinateur de bord en charge de la conduite autonome, comme celui expérimenté par Delphi, pourrait ainsi décider d’accélérer ou au contraire de ralentir afin de s’insérer dans le trafic de manière optimale, sans entrer en collision avec un autre usager.

verizon-vehicle-voiture-connectee

Selon le professeur Peter Stone, cela n’a rien d’effrayant : Si de prime abord, on peut s’inquiéter de confier la conduite à un ordinateur, »avec un tel système, les intersections seront bien plus sûres qu’actuellement. » Il s’agit de modèles algorithmiques que nous ne comprenons pas tous, mais que nous maitrisons désormais assez bien selon lui. En plus d’économies de temps de parcours et de carburant, les AIM pourraient ainsi même sauver des vies !

L’état de l’art actuel :

Si les ordinateurs n’ont pas encore remplacé les conducteurs au volant de nos véhicules, c’est en partie pour des raisons techniques mais pas seulement. Le cadre réglementaire ne permet pas encore de mettre sur le marché des véhicules autonomes, même si Peugeot s’y déclare prêt dès 2018 et que la France a autorisé les expérimentations sur route ouverte sur certaines portions de voie publique dès cette année.

Avec des outils comme nos smartphones, les produits de TomTom –qui collecte les données de parcours via son système SatNav– des assistants de conduite comme iCoyote ou même l’application Waze de Google, on n’est plus très loin de disposer en temps réel d’une carte routière complète avec la vitesse instantanée des usagers de chaque portion de route. (Waze est d’ailleurs connue pour avoir cartographié le réseau uniquement par les traces GPS de ses premiers utilisateurs).

City Park Full Automatic

Dès lors, l’organisation du traffic routier devient une affaire de mathématiques, de stockage de données dans le cloud aussi : IBM, l’une des sociétés les plus influentes de l’internet des objets, l’a bien compris. Selon Andy Stanford-Clark, ingénieur dans la division IoT d’IBM :

« Il faut réfléchir à partir de l’usage des automobilistes, pour alerter sans déranger. C’est facile de changer la couleur des feux sur le passage d’une voiture, mais il faut penser aux conséquences« 

En effet, si on dévie toutes les voitures connectées vers la même voie libre, on peut créer un embouteillage d’ordinateurs, amenant un gros bug et des gens coincés. Ajoutez à cela les vélos, les piétons et les livraisons de marchandises…

Via

Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire