Les ventes d'objets connectés représentent 150 M€ en France (2014) selon GfK

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le marché des biens techniques en France a dépassé les 15 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2014, reculant de 2,5% par rapport à 2013. Heureusement, la vague des objets connectés ouvre de belles perspectives pour les acteurs de ce marché, que GfK voit rebondir en 2015.
Ce matin, nous étions invités par l’institut GfK à assister à la présentation des résultats de l’étude menée par GfK sur le marché des appareils électroniques et des biens techniques en France, en 2014. Les résultats en demie-teinte du marché globale illustrent les évolutions profondes que connait l’électronique dans le monde –la France n’est pas épargnée– mais l’ère des smartphones et des tablettes laisse désormais place à celle des objets connectés, dont les ventes devraient exploser d’ici à 2020.
GfK-logo

L’électronique recule plus en France qu’en Europe :

Le chiffre d’affaires des biens techniques en France (en 2014) a atteint près de 15,1 milliards d’euros, en recul de 2,5%, là où l’Europe de l’ouest n’a reculé que de -0,5% et les zones émergentes ont progressé de 5% pour le continent américain et +3% pour l’Asie. Le taux de change n’a que peu impacté ces résultats. En Europe, le CA du Royaume-Uni a reculé d’1%, l’Allemagne a stagné et l’Italie a perdu 2%. Seule l’Espagne a progressé de 3%.

Ces performances sont impactées par le recul fort des secteurs traditionnels (Photo -209 millions d’euros, IT -340 millions d’euros) mais soutenues par les Télécoms (+340 millions en 2014) et les objets connectés : leurs ventes ont doublé en 2014, atteignant 150 millions d’euros.
 
Pour les produits connectés comme dans les segments traditionnels, 4 types d’usages cohabitent (confort, Economie d’énergie, Sécurité, Divertissement) mais ils permettent une approche combinée des objets, créant un écosystème d’appareils interconnectés autour de l’utilisateur.

Les objets connectés explosent, les wearables en tête :

Par définition, le potentiel des marchés liés aux Wearables est immense, notamment parce que chacun d’entre nous peut en porter plusieurs dans son quotidien : lunettes connectés, montres, bracelets, bijoux connectés, semelles, t-shirts, etc. GfK considère 2014 comme la première année pleine d’existence du marché des objets connectés. Celui-ci semble avoir démarré autour du poignet des utilisateurs : les bracelets, les montres connectées et de sport (avec le GPS) ont représenté la majorité des ventes d’objets connectés en France, aux alentours de 90 millions d’euros (équivalent au marché des MP3 ou des lecteurs DVD).
wearables-illustration
Selon GfK, il se vendra environ 2 milliards d’objets connectés au cours des 5 prochaines années en France. Ils seront vendus principalement en grandes surfaces spécialisées (GSS) et sur le web, les deux seuls canaux de distribution à progresser sur ce marché, de 3% et 5% respectivement. Près de 640.000 clients se sont laissés séduire par ce type d’accessoires en 2014 : GfK estime qu‘il s’est vendu 190.000 montres connectées en France, 250.000 montres de sport et environ 200.000 trackers d’activité.

La montre connectée, compagnon de votre smartphone :

La montre connectée s’affiche comme le compagnon idéal du smartphone qui équipe déjà 27 millions de français (un quart du parc est compatible avec la 4G), en reprend les atouts tout en s’adressant à un marché référence identifié, celui de la montre traditionnelle, qui représente entre 12 et 14 millions de montres vendues chaque année, à 80% en bijouteries traditionnelles cependant. Le bracelet connecté de quantified self adresse quant à lui une cible plus étroite mais est indéniablement lié à l’essor de la santé connectée. On verra notamment ce type d’accessoires en pharmacies grâce à LICK. Les balances connectées, les tensiomètres tels que celui de Withings (lire notre test ici) serviront ainsi tous les autres accessoires d’auto-mesure. Sur ce dernier point, on observe d’ailleurs des différences culturelles fortes entre pays. Le capteur d’activité rencontre des succès différents puisqu’en Allemagne ou en Angleterre, il s’est vendu 4 fois plus de trackers que de montres connectées en 2014 par exemple.
source : GfK – image : shutterstock

Partager
A propos de l'auteur