Objets connectés et Blockchain : à quoi doit-on s'attendre ?

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Au SIdO de Lyon, nous avons pu assister à une très intéressante conférence au sujet des Smart Contracts d’Ethereum, ces applications utilisant la blockchain pour se passer des plateformes de services traditionnelles.
L’intervention de David Menga (EDF), Xavier Dalloz (XDC) et Yann Levreau (Ethereum) était vraiment intéressante.
La blockchain est un sujet nouveau, abscons et qui requiert une variété de connaissance pré-supposée qui tend à décourager ceux qui ne sont pas directement concernés par son développement.
Pourtant, la blockchain est une tendance de fond au moins aussi importante à comprendre que celle représentée par l’internet des objets depuis quelques années.
On connait déjà certaines des applications de la blockchain, en matière de cryptologie et de monnaies notamment avec les Bitcoins, cette monnaie virtuelle qui fit –brièvement– en 2014-2015 trembler les institutions financières mondiales en raison de sa forte volatilité.
ethereum-blockchain
Mais alors que les transactions commerciales ou financières sont réalisées par les hommes via des logiciels informatiques reposant sur une architecture réseau à base de serveurs, la conjonction de l’internet des objets et de la blockchain pourrait progressivement donner aux objets connectés la possibilité de participer directement aux transactions de toutes natures.

Fonctionnement de la Blockchain

Blockchain est un système décentralisé d’échanges qui repose sur la confiance et le résultat d’un consensus d’utilisateurs et garantie 3 fonctions :

  • décentralisation,
  • transparence,
  • immuabilité.

C’est en quelque sorte un registre immuable, facilement accessible et sécurisé grâce à la cryptographie et à la décentralisation du stockage, assurées par la puissance de calcul des utilisateurs, qui en retour reçoivent une récompense.
On échange grâce à la blockchain des documents, qui deviennent instantanément publiques et inaltérables dès qu’ils sont envoyés sur ce réseau. Celui-ci permet dès lors une variété d’usages intéressants, allant de la cessions de droits de propriété intellectuelle (ascribe.io) à la garantie de traçabilité des diamands (everledger.io).

Blockchain et objets connectés

Si les plateformes de services –comme Uber, Kickstarter ou Airbnb– ont prospéré rapidement grâce à la mise en relation tarifée de leurs membres, les objets connectés pourraient bien profiter de la Blockchain pour établir un nouveau modèle de fonctionnement décentralisé, offrant à la fois de nouveaux modèles économiques (sujet également abordé au SIdO) et un plus grand niveau de sécurité.
On peut notamment citer le cas d’une serrure connectée, qui utiliserait la blockchain pour s’ouvrir uniquement si l’utilisateur est porteur de l’autorisation adéquate ou le lave-vaisselle qui pourrait recommander et payer automatiquement son consommable lorsque son réservoir se vide. Evidemment, l’exemple ultime en la matière reste un système de bridage à distance des capacités d’un objet loué afin d’en limiter l’usage à la durée acquittée.
Au-delà du paiement, les objets connectés entrent en jeu dans le cadre de mécanismes d’échanges ou de garantie dont la probité est une question centrale, surtout pour les accessoires destinés au grand public : Un contrat d’assurance signé et validé par la blockchain va-t-il bien me couvrir ? s’interroge par exemple Arnaud-François Fausse dans un article sur le sujet.
smart-contracts

Les cas d’usages

Globalement, le fonctionnement décentralisé de la blockchain permet à la fois de créer un ‘double informationnel’ pour de nombreux usages mais aussi de réaliser des mises en relations en se passant de “tiers-de-confiance” (voir plus bas).
C’est notamment le rôle des Smart Contracts (concept d’Ethereum), un ensemble de morceaux de codes et de protocoles d’exécution qui réagissent de manière prédéfinie en suivant les conditions de ses auteurs. Les smart contracts sont des applications dont le code est lancé dans la blockchain.
Dès lors, celui-ci est : publiques, auditable, vérifiable et réutilisable par d’autres.  Une fois un smart contract déployé dans la blockchain, on peut donc l’appeler pour l’utiliser afin de réaliser des actions telles que voter, payer, échanger, etc.

Les acteurs à connaitre

Si le bitcoin a eu son heure de gloire en 2014, il semble que les investisseurs aient désormais tendance à jeter leur dévolu sur les startups travaillant à améliorer la blockchain : à titre d’exemple, 1 milliards de dollars ont été investi dans le domaine de la blockchain en 2015.
Voici quelques acteurs à suivre pour mieux comprendre ce marché en pleine transformation :

La fondation Ethereum

Créée il y a 2 ans par un entrepreneur canadien, la fondation Ethereum permet de pendre le blockchain programmable en créant ses propres applications afin de se passer des plateformes traditionnelles, qui se placent dans le rôle de tiers de confiance en monétisant une mise en relation.
Selon Xavier Dalloz, qui animait la table ronde à laquelle nous avons assisté au Sido 2016 :

“– Il est certain que Ethereum jouera un rôle majeur dans le monde au cours des années à venir”.

nissan-leaf-recharge-vehicule-electrique
Il existe cependant d’autres instanciations de blockchain dont ErisHedgyRootstock, etc.

Slock.it – Venqo

L’équipe allemande à l’origine de Slock.it a développé le projet de bornes autonomes de rechargement VENQO pour connecter à la blockchain (d’Ethereum) les véhicules électriques autonomes. Ces voitures pourront se déplacer, être louées et envoyer de l’argent aux personnes qui l’ont déployé.
Un partenariat avec le conglomérat énergétique allemand RWE serait en cours de conclusion et dès que les bornes de chargement autonome pour véhicules électriques auront été déployées, l’utilisateur pourra payer seulement ce qu’il consomme et n’aura pas besoin de contrat spécifique.

Ujo Music

UjoMusic permet de commercialiser de la musique en garantissant l’acheteur de la répartition exacte des fonds.

Filament, un réseau LPWAN via blockchain

La startup Filament tente de mettre au point un réseau sans-fil longue portée pour les objets connectés basé sur le principe de blockchain.

Ken Code – #ePlug

Le projet #ePlug de Ken Code vise à créer une prise électrique connectée en Meshnet afin de réaliser collectivement un super-ordinateur.

images : 1 / 2

Partager
A propos de l'auteur

2 commentaires

  1. Pingback: Objets connectés et Blockchain : &agrave...

  2. Pingback: Objets connectés et Blockchain : &agrave...