L'administration Obama veut développer la Smart City

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Aux Etats-Unis, les autorités fédérales de l’administration Obama tentent de créer un contexte législatif propice au développement de la Smart City, dans le cadre de l’Opportunity Project.
Quelques mois avant l’expiration de son mandat, l’administration Obama a annoncé l’Opportunity Project, un grand plan stratégique visant à standardiser et ouvrir les données publiques aux développeurs souhaitant développer des applications pour la ville intelligente.
Selon le magazine Wired, le président américain et son entourage souhaitent soutenir les initiatives en matière de Smart City. Le fonctionnement politique aux Etats-Unis impose une très grande décentralisation des prises de décisions, de l’environnement législatif et des investissement en matière de technologies d’information.
obama-speech

Obama pousse la Smart City

En conséquences, les autorités locales disposent souvent de grandes quantités d’information qu’il n’est pas toujours facile de faire communiquer avec les villes voisines, les infrastructures routières, les fournisseurs d’énergie, etc.
D’autre part, chacune à leur échelle respective, les autorités locales ne perçoivent qu’un intérêt limité à ouvrir puis exploiter les données issues de leur fonctionnement.
Pourtant, certaines applications de la ville connectée tendent à démontrer d’important gisements de valeurs et d’économies de fonctionnement pour les agglomérations.

Premiers cas d’usages concrets

Le programme Opportunity Project lancé par l’administration Obama vise donc à financer grâce aux budgets fédéraux l’infrastructure adaptée à la collecte et à la mise à disposition de ces données en ligne aux développeurs ayant un usage adapté aux besoins des villes américaines.
Les premiers cas d’usage présentés concernent la mesure et l’anticipation des crimes, la surveillance du prix de l’immobilier, des programmes de tutorat scolaire ou la remontée des opportunités professionnelles pour favoriser la mobilité des populations sur le territoire.
Les villes de New-York et de San Francisco seront les premières à expérimenter ce type d’applications, comme autant d’exemples que la Smart City est avant tout au service des habitants de ces villes connectées.
[fullWidthImage id=”37751″]

Les investissements explosent

Par l’intermédiaire d’une application mobile gratuite, les particuliers devraient ainsi être en capacité de compléter les données d’open-data en déclarant leur niveau de satisfaction concernant le réseau de transport par exemple, qui lui aussi tent à se connecter progressivement –lire l’exemple de NYC–.
Dans un récent rapport, Business Insider anticipe des investissements colossaux dans la ville intelligente jusqu’en 2020 aux Etats-Unis : environ $24 milliards seront dépensés, pour tripler les dépenses en capteurs intelligents et objets connectés en l’espace de quelques années.

Via – images : 1 / 2

Partager
A propos de l'auteur