Natural Cycles : l’application reconnue comme moyen de contraception

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

L’application mobile de santé Natural Cycles est la première à être officiellement reconnue conforme aux normes européennes relatives aux moyens de contraception.
Les applications de santé sur appareils mobiles représentent un gigantesque marché, près de 165.000 applications se sont créées depuis 2015 pour nous assister dans la préservation de notre santé, selon un rapport publié par iMedicalApps se basant sur les données de l’institut IMS for Healthcare Informatics cette année-là.
Natural Cycles est un moyen de contraception connecté
En ce qui concerne Natural Cycles, l’application a été certifiée par la société européenne d’inspection et de certification Tüv Süd, en faisant par la même occasion un dispositif médical de contraception, au sens de la loi en Europe.
La société qui développe l’application Natural Cycles a passé avec succès un long processus de certification et est parvenu à démontrer l’efficacité de son produit en tant que moyen de contraception.

Comment ça marche ?

Son fonctionnement est simple : l’application Natural Cycles utilise des algorithmes analysant un ensemble de facteurs comme la température corporelle pour déterminer les journées où son utilisatrice est fertile ou non.Natural Cycles est un moyen de contraception connecté
L’utilisatrice doit pour cela mesurer sa température chaque matin à l’aide du thermomètre connecté à l’application. Un indicateur coloré lui indique alors son niveau de fertilité et recommande le cas échéant une protection pour éviter toute grossesse non désirée.
Loin de se limiter au marché européen, les fondateurs de la société suédoise à l’origine de Natural Cycles entendent certifier leur produit sur tous les continents. L’obtention du même niveau de conformité aux États-Unis serait d’ailleurs une étape déterminante pour son développement.
Les créateurs de l’application sont d’ailleurs eux-mêmes un couple : Elina Berglund, physicienne en technologie des particules et son mari, Raoul Scherwitzl, chercheur en nanotechnologies et en physique au centre de recherches du CERN.

Via

Partager

Laisser un commentaire