Nanoflowcell Quantino : la voiture qui roule à l'eau salée !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La société Nanoflowcell est parvenu à homologuer la Quantino, une voiture électrique à basse-tension utilisant un système de batteries unique au monde, à base d’eau salée. Essais prévus pour la fin 2016.
Fondée à la fin de l’année 2013, Nanoflowcell AG est une entreprise innovante spécialisée dans la recherche et le développement d’applications de la technologie nanoflowcell à l’automobile électrique et d’autres secteurs industriels.
Le véhicule Quantino, annoncé comme un concept-car lors de l’édition 2015 du Salon international de l’automobile de Genève, vient d’obtenir l’homologation indispensable pour rouler sur les routes européennes.
7-nanoFLOWCELL-QUANTiNO_2016-voiture-electrique-1500-880

Présentation de la Quantino

Cette homologation ouvre la porte à une série de tests en condition réelles de circulation, après lesquels la fabrication en série de la voiture électrique pourrait démarrer. On devrait donc voir débuter ces premiers essais sur routes ouvertes d’ici à quelques mois.
Dotée d’un système de batteries unique au monde (utilisant de l’eau salée), ce modèle est le premier véhicule électrique basse-tension à recevoir cette homologation.
La Quantino et sa grande sœur (la Quant-E), utilisent la technologie Nanoflowcell, offrant une réponse crédible aux besoins en carburants alternatifs sur le long terme.
[fullWidthImage id=”39636″]

Optimiser la voiture électrique

5 fois plus d’énergie stockée pour le même poids que les batteries lithium-ion
Le véhicule électrique Quantino intègre la technologie de stockage d’énergie par “batteries à flux” développée par Nanoflowcell.
Il s’agit de la combinaison d’une pile à combustible et d’un accumulateur électrochimique, qu’avait développée la NASA dans les années 1970 par la Nasa pour alimenter certains éléments de ces véhicules spatiaux et surnommée “batterie à l’eau salée“.

L'un des autres modèles de Nanoflowcell

La Quant-Fe, l’un des autres modèles de Nanoflowcell

Cette technologie de batteries contient deux réservoirs contenants des liquides ioniques chargés en sels métalliques et séparés par une membrane semi-perméable pour assurer la génération d’électricité.
Selon les ingénieurs ayant développé cette technologie, cette méthode proposerait une “capacité massique” –quantité d’énergie stockée par unité de poids– environ 5 fois supérieure aux batteries lithium-ion qui sont actuellement utilisées dans les véhicules électriques traditionnels.
En plus de cette nouvelle génération de batteries, la voiture électrique Quantino disposera d’un système basse-tension assurant une propulsion électrique à la tension nominale de 48 V, pour une puissance totale de 80 kW soit environ 108 ch. Une telle batterie permettrait ainsi à une citadine de passer de 0 à 100 km/h en moins de 5 secondes et d’atteindre les 200 km/h.

Nanoflowcell : que des avantages ?

Mais l’avantage principale réside notamment dans l’autonomie apportée par la technologie Nanoflowcell. Selon ses constructeurs, la Quantino disposera ainsi d’une autonomie théorique de près de 1.000 kilomètres en conditions normales de circulation (avec 2 réservoirs de 175 litres, tout de même!). [embedArticle align=”right” id=”39054″] Pour valider ces estimations, l’entreprise conduira des tests d’autonomie sur les routes d’Europe en 2016.
Nanoflowcell avance en revanche que, quelle que soit l’autonomie finale, les fluides ioniques utilisés dans son procédé sont non-polluants pour l’environnement et non-toxiques en plus d’être très peu coûteux à produire.
Encore un atout face au Lithium-Ion, qui vit actuellement ses dernières heures… La technologie Nanoflowcell pourrait intéresser les constructeurs traditionnels –la BMW i8 en tête– comme Tesla pour son Model 3 ou même ses concurrents chinois comme la Youxia X.

Via

Partager
A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Pingback: Nanoflowcell Quantino : la voiture qui roule &a...