Mink, une imprimante 3D pour fabriquer du maquillage à la maison

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Mink est une imprimante 3D capable d’imprimer un large spectre de maquillage selon la couleur de son choix.

L’impression 3D et la cosmétique à la maison ont le vent en poupe ! Grace Choi, une jeune entrepreneuse tout droit sortie d’Harvard a donc eu la bonne idée de surfer sur cette vague en créant ce fabuleux petit bijou de technologie qui a de quoi faire rêver ces dames tant la promesse est belle ! Les imprimantes 3D ont fleuris ces dernières années mais c’est la première fois qu’on en voit une arriver dans ce domaine, celui du maquillage. Et cela va bien simplifier la vie de toutes ces jeunes filles adeptes des recettes beauté à réaliser à la maison mais qui sont parfois longues et périlleuses.
mink21
La conférence TechCrunch Disrupt 2014, qui s’est déroulée début mai à New-York est l’occasion pour de jeunes entrepreneurs de dévoiler leurs projets aux investisseurs et au grand public. C’est donc là que Grace Choi a dévoilé sa fabuleuse invention : Mink, une imprimante 3D d’un nouveau genre qui va révolutionner l’industrie du maquillage.
Mink est une imprimante 3D au format réduit capable de fabriquer n’importe quel type de maquillage : blush, fards à paupières, gloss pour les lèvres, mascara, fond de teint…
article_mink-620x330

Comment fonctionne Mink ?

Pour fabriquer votre propre maquillage rien de plus simple ! Vous commencez par sélectionner la couleur de votre choix en prenant une photo avec votre smartphone ou n’importe où sur internet (une photo, une image, une vidéo…) pour ensuite rentrer son code couleur (code RVB ou hexadécimal)  dans un programme de retouche comme Photoshop ou Paint et appuyez simplement sur le bouton « imprimer ». L’imprimante interprète ensuite ces données pour mélanger plusieurs pigments de couleur à des poudres ou des crèmes brutes incolores pour obtenir le maquillage qui correspond exactement à la couleur que vous avez demandé.
maquillage

Disponibilité et prix :

Grace Choi précise qu’elle a reçu l’approbation de la FDA, l’agence de santé américaine, pour son imprimante et que le prix des pigments de couleurs restera très raisonnable c’est-à-dire en dessous du prix des marques de maquillage que l’on trouve dans le commerce. Epson aurait déjà proposé un partenariat à la jeune entrepreneuse ce qui laisse un peu plus de chances à cette innovation d’aboutir. Une révolution se prépare donc dans l’industrie de la beauté et les grandes enseignes de maquillage ont du souci à se faire…il ne reste plus qu’aux textures de Mink d’obtenir les labels green, bio et non-testées sur les animaux.
L’imprimante 3D à maquillage Mink devrait être commercialisé d’ici le printemps 2015 au prix de $300 (environ 215€). L’imprimante Mink destiné principalement à un public féminin entre 13 et 21 ans, moins fidèles à certaines marques et plutôt axées sur la commodité avec des solutions de « Do It Yourself ».

Partager
A propos de l'auteur