Google Loon, un réseau internet mondial à base de ballons statosphériques

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le projet Loon vise à connecter les 5 milliards de Terriens qui n’ont pas accès à internet dans le monde. Pour cela, Google a récemment passé un accord avec le Cnes pour créer un réseau internet mondial à l’aide de ballons stratosphériques.

Google, connu pour son moteur de recherche, est l’un des principaux artisans de l’innovation dans les nouvelles technologies. Par l’intermédiaire de son centre de recherche Google X, le géant de l’internet a ainsi donné vie aux lunettes connectées Google Glass, à un système de livraison par drones (Projet Wing) ou même à des lentilles connectées mesurant le taux de glucose. Ici, c’est même un projet à destination des pays les moins développés que Google soutient : Loon, un réseau internet mondial diffusé à l’aide d’une centaine de ballons volants, placés dans la stratosphère.

google-loon-3

Le Projet Loon :

Grâce à ce projet un peu fou, toute la planète pourrait bientôt bénéficier d’un accès à internet. Avec Google Loon, on pense que même les coins les plus reculés du monde et peu touchés par les technologies modernes pourraient bénéficier d’une connexion internet fiable. Du moins, c’est le but du projet « Loon » de Google. En pratique, Google compte connecter ces territoires grâce à des ballons stratosphériques gonflés à l’hélium, comme une centaine de grosses montgolfières chargées d’assurer le rôle d’antennes relais. Avec ce système, Google espère pouvoir éliminer la plupart des zones blanches et ainsi apporter une connexion à internet à tous.

google-loon-1

L’idée n’est pas nouvelle, puisque Thales Alenia Space avait tout de même dévoilé Stratobus, il y a quelques mois : un ballon-dirigeable capable de fournir des services (dont les télécommunications) au-dessus de la zone qu’il survol. De son côté, Google teste depuis 2013 la faisabilité du Projet Loon en Nouvelle-Zélande, où la connectivité est imparfaite. Là-bas, les ballons de Google assurent la fourniture d’une connexion à Internet équivalente à la 3G à partir d’une flotte d’une centaine de ballons volant à très haute altitude et qui dérivent dans la stratosphère.

Google s’allie au Cnes :

D’après une information du Figaro, le projet Loon aurait passé la vitesse supérieure au début du mois de Décembre 2014 avec la signature d’un partenariat entre Google et le Centre National d’Etudes Spatiales, communément appelé Cnes. Selon les premières informations, il s’agit d’un accord de coopération qui vise à « partager des ressources, des expériences et des recherches en matière de ballons stratosphériques ». Le Cnes dispose déjà de plus de 50 ans d’expérience dans le domaine des ballons stratosphériques, comme le projet Google Loon. C’est pourquoi Vincent Dubourg, sous-directeur Ballon au Cnes, explique que :

« Le Cnes a rejoint le projet Loon dans le cadre d’un accord conclu avec Google et basé sur le meilleur effort de chacune des parties » à faire avancer l’état de l’art dans le domaine des ballons stratosphériques. Nous apportons notre expertise technique pour la conception, le process de qualification du ballon ainsi que pour sa mise en œuvre. De son coté, Google autorise le Cnes à utiliser ces ballons pour ses besoins propres, notamment en matière de changements climatiques et à les faire fabriquer en France ».

Quant aux autres ballons, il semble qu’ils seront fabriqués aux États-Unis par Aerostar, filiale de la Nasa (l’agence spatiale américaine) qui vient d’imprimer un outil en 3D dans l’espace pour dépanner ses astronautes :

Une manivelle imprimée en 3D dans l’Espace, à bord de l’ISS !
 

Partager

Laisser un commentaire