Jawbone analyse les réactions de ses utilisateurs lors d'un séisme aux USA

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans la nuit de samedi à dimanche soir, un séisme a secoué l’état américain de Californie sur la côte ouest des Etats-Unis. Il s’agit du plus important tremblement de terre de ces 25 dernières années. Pour préserver la population, le gouverneur de Californie a déclaré l’état d’urgence à peine quelques heures plus tard. Ironie du sort, la Californie est le berceau de l’informatique et abrite le siège de la plupart des entreprises fabricant des objets connectés telles que Jawbone, Fitbit, Nest, ou encore Apple ou GoPro etc.
up-sleep
Sur son blog, Jawbone a fait un curieux récit de cet épisode sismique. La startup spécialisée dans le quantified self a en effet publié une étude portant sur l’incidence de cet événement sur la qualité de sommeil de ses utilisateurs en fonction de la distance qui les séparaient de l’épicentre du tremblement de terre. Outre l’intérêt évident des résultats, cet épisode tectonique illustre les possibilités offertes par les objets connectés dédiés à la mesure de l’activité physique et du sommeil des particuliers.

Présentation des résultats :

Au travers de son blog, Jawbone vient de démontrer l’intérêt et les possibilités offertes par ses bracelets connectés. Dans le cas précis, les bracelets ont particulièrement bien saisi l’impact qu’à eu le tremblement de terre sur le sommeil des habitants de Californie qui portaient leur smartband au poignet pendant la nuit.
Peu avant 3h30, les premières secousses sont intervenues en provenance de l’épicentre du séisme situé à environ 10 km de Nappa, dans la vallée du vin. Aux instants qui ont suivi les premières secousses, ce sont près de 4 porteurs d’un Jawbone Up sur 5 qui étaient éveillés tandis que dans les instants qui précédaient : seulement 20% d’entre eux étaient (naturellement) réveillés.
jawbone-tremblement-terre
Quatre zones sont prises en compte, de la plus proche de l’épicentre à la plus éloignée :

  • Napa, Sonoma, Vallejo et Berkley
  • San Francisco, Oakland et Santa Rosa
  • Sacramento et San Kose
  • Modesto et Santa Cruz

Les différentes courbes colorées du graphique ci-dessus montrent l’influence du lieu de résidence sur les phases de réveil des possesseurs d’un Jawbone Up. Plus ces derniers habitaient loin de l’épicentre du séisme, plus la propagation des ondes a mis du temps à les réveiller et plus la part de personnes réveillées diminue. Cependant, Jawbone estime que 60% de ses utilisateurs habitant dans la baie de San Francisco ont été réveillés peu avant 3h30 tandis que seulement 17% l’étaient auparavant.
Les constatations de Jawbone montrent aussi que la plupart des utilisateurs vivant dans une zone de 40km autour de l’épicentre du séisme ont eu du mal à se rendormir ensuite et même que 23% d’entre eux n’y sont pas parvenus. Selon les analystes de Jawbone, la part évolue à environ 45% de personnes n’ayant pas retrouvé le sommeil ensuite pour ceux qui vivaient dans les 25km autour du séisme.
jawbone-up-24
Cette étude graphique fournit au final des résultats assez évidents : on se doute bien qu’un tremblement de terre est de nature à réveiller les résidents à proximité de son épicentre. Mais ce cas illustre plus spécifiquement la puissance du Big Data et la capacité que nous offrons aux sociétés fabricants des objets que nous portons au quotidien. Ces informations attisent la convoitise des industriels comme Apple, dont on se demande s’il pourrait choisir de vendre les données collectées.
Si vous souhaitez tracker votre réaction lors d’un séisme : procurez-vous le Jawbone UP24 dès que possible, disponible au prix de 122,07€ sur Amazon.

source : Jawbone / image : Shutterstock

Partager
A propos de l'auteur