Intel licencie 11% de ses effectifs pour se tourner vers l'IoT

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Intel annonce le licenciement de 12.000 employés à travers le monde (11 % de ses effectifs) pour s’adapter à la chute du marché du PC et à l’explosion de son activité dans l’internet des objets.
Intel s’apprête à licencier 11% de ses effectifs mondiaux, soit 12.000 personnes environ sur plus de 107.000 salariés.
Hier, le patron de la firme Brian Kraznich a annoncé que le recul de ses activités sur le marché historique du PC imposait une réorganisation des ressources d’Intel. Celles-ci devraient être désormais largement tournées vers l’internet des objets, un secteur porteur dans lequel Intel espère retrouver une croissance soutenue, à la faveur des nombreux investissements engagés depuis 2 ans.
intel-curie-microchip-puce-wearables
Si les annonces de licenciements sont en général le signe d’un ralentissement de l’activité économique, il n’en est rien dans le cas d’Intel. Le principal fondeur américain a enregistré l’année dernière un bénéfice net de 2 milliards de dollars et une augmentation de ses revenus de 7 % (13,7 milliards).

La renaissance d’Intel

Bien sûr, le marché du PC est en net repli : -10% au Q1 2016 selon Gartner et IDC. Mais le géant de Santa-Clara voit plus loin : dans un email interne Brian Krzanich évoque une concentration des efforts autour des activités liés aux data center et à l’Internet des objets, principaux moteurs de la croissance du groupe pour les années à venir.
[embedArticle id=”37194″ align=”right”] A titre d’exemple : la division IoT d’Intel a rapporté à la firme 651 millions de dollars l’an dernier, c’est +22 % par rapport à 2015.
Intel semble donc tout miser sur le Cloud et les objets connectés !

« J’ai confiance et je sais que nous pouvons devenir une entreprise plus productive, dont les activités toucheront de plus grands marchés, dans des domaines pointus. » – Brian Krzanich

Intel n’a donc plus guère d’espoirs de rattraper son retard dans la mobilité, secteur qu’il a laissé filé au profit d’ARM ou de Qualcomm depuis plus de 5 ans. Cependant, Intel a lancé au cours des 12 derniers mois des plateformes mêlant hardware + software pour créer simplement des objets connectés wearables ou pour le Smart Home.
Au final, ce pari s’avère assez logique puisqu’Intel dispose de plusieurs cartes à jouer dans l’IoT, notamment via son savoir faire en matière d’intelligence artificielle et le deep learning.
[embedArticle id=”31796″]

Une stratégie ambitieuse

Intel a récemment porté son estimation du marché à 200 milliards d’objets connectés en 2020, soit 26 produits par personnes.
Pour jouer sur cette croissante, Intel a développé IOT SoCS (System of Chips), un système de composants embarquant le processeur, la connectivité et les capteurs. Le but est aussi de réduire les coups énergétiques et d’allonger la durée de vie de la batterie.
Dans sa gamme, on y retrouve sa carte Curie de la taille d’un bouton (photo ci-dessus), parfait pour des produits wearables, ou encore l’Intel Edison au dimension d’une carte SD.
Ces micropuces électroniques à faible consommation d’énergie sont plus facile à concevoir et donc moins cher à produire. Le prix moyen des puces Intel aujourd’hui est de $100, seulement dans cette consommation de masse, les constructeurs recherchent à réduire le cout.
Intel est aussi au rendez-vous, les plus simples et plus basiques de ses puces sont vendus à 0,70$. Cependant, difficile d’imaginer d’être rentable à un prix aussi faible.

 Via

Partager
A propos de l'auteur