Au CES, Intel lance la puce Curie pour équiper les Wearables de demain

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Avec l’explosion du marché des objets connectés, Intel a souhaité apporté sa pierre à l’édifice en proposant Curie, une puce dédiées aux wearables, à la fois compacte et économe en ressources.

Les premières et secondes générations de bracelets permettant de mesurer son activité physique au quotidien ont permis la démocratisation des wearables dans le monde. Des marques comme Fitbit, Nike, Jawbone ou Withings ont bâties leurs réputations sur ces bracelets bardés de capteurs, sortes de podomètres intelligents. Mais les fabricants prévoient déjà l’arrivée de nouvelles formes de wearables, tels que les vêtement intelligents, la bague connectée ou les lunettes intelligentes, n°2 dans le classement des ventes de l’Idate. Intel s’est d’ailleurs associé à Luxottica dans ce domaine.

intel-curie-microchip-puce-wearables

Les catégories de Wearables :

Avec la montée en puissance des smartwaches, on assiste à ce qui semble constituer un ensemble intéressant de produits permettant le développement de nouvelles fonctionnalités. Cela confirme une fois de plus la loi de Meltcafe qui dit simplement que plus il y a d’utilisateurs dans un réseau, plus ce réseau aura de la valeur. Et si l’on considère les possibilités offertes par les API de ces produits, on remarque que le nombre d’interactions possibles est de plus en plus grand.

Selon les analyses d’EuroMonitor, nous pouvons classer les wearables actuellement disponibles sur le marché dans 2 catégories distinctes : les objets connectés autonomes et les objets connectés passifs.

La première catégorie des wearables autonomes concerne des produits intégrant leur propre système de traitement de données et des modules de communications. La deuxième catégorie, la catégorie « passive« , concerne des accessoires qui se distinguent par un assemblage de plusieurs capteurs permettant de collecter les données à travers l’objet et à les communiquer à un serveur tiers par l’intermédiaire d’un smartphone ou d’une tablette compagnon, souvent reliés en bluetooth ou WiFi.

Ainsi, un wearable passif ne peux pas être utiliser seul trop longtemps et l’analyse de ses données est dépendante d’un autre appareil. A l’inverse, un appareil autonome est voué à intégrer son propre processeur, capable de gérer des applications et possède une interface utilisateur intégrée (UX).

intelcurie

Intel se positionne dans le domaine des Wearables :

En rachetant les montres Basis puis en s’associant avec Open Ceremony pour développer le bracelet MICA, Intel a démontré ses intentions en matière de Wearables. Malgré une bonne santé générale de ses autres activités, Intel considère l’internet des objet comme un axe de développement stratégique prioritaire au cours des années à venir.

Intel atteint une croissance global d’environ 7% du CA sur le dernier exercice, grâce à la légère croissance sur le marché des processeurs PC et Mobile, mais ce marché semble arriver à maturité : les nouveaux espoirs se tournent désormais vers la division IOT d’Intel. C’est elle qui apparaît comme étant la plus dynamique : elle a enregistrée une croissance de 19% sur le dernier exercice, même si en terme de valeur, ses $2,1 milliards restent anecdotiques dans le volume du chiffre d’affaires global d’Intel, qui a réalisé 34,7 milliards de dollars l’an passé. Et les analyses montrent que ce marché serait voué à être multiplier par 20 dans les 5 à 6 années à venir. Pour se tailler une part du gateau, Intel mise beaucoup sur Edison mais surtout Curie, sa puce pour les objets connectés wearables.

BK_Button1_FB-final-e1420596667487

Présentation de la puce Intel Curie :

Les produits destinés à être porté sur soi sont perçues par le consommateur comme des éléments participant au look, au style, parfois même comme des accessoires de mode. Ils sont aussi souvent portés au quotidien, ce qui implique de la sensibilité dans l’approche marketing sur au moins 3 aspects : le design du produit pour satisfaire l’utilisateur, l’autonomie, et l’ergonomie. C’est la où la technologie intervient, grâce aux modules de communications, microcontrôleurs, et les différents capteurs nécessaires aux traitement des données. Nous parlons là, de puissance de calcul, de temps de traitement, de miniaturisation, et cela aura un impact sur l’autonomie.

Intel a proposé en 2014 son modèle Edison, et le comparatif de performances entre les Rasperry PI, Beagle Bone et Intel Edison ne laissait guère de doutes sur le savoir-faire d’Intel en la matière! Cependant le format de ce PCB puissant n’était pas vraiment adapté au traitement de données des wearables. Intel a donc dégainé au CES 2015 un nouveau modèle dénommé Curie en référence à notre double lauréate du prix Nobel.

Intel_Edison_Quark_CES_2014-1

Le CEO d’Intel, Brian Krzanich, a présenté le premier prototype et annoncé la distribution du Curie au cours du deuxième semestre 2015. Le produit intégrera un SoC basse consommation Intel Quark, un module Bluetooth Low Energy, des capteurs de mouvements, et des echnologies de chargement de batteries. Le Curie sera accompagné du kit de développement Intel IQ, incluant des sets d’algorithmes pour la gestion des devices, les apps mobiles, l’intégration dans le cloud (management, analytics) et aussi 2 composants orientés biométrie et connectivité .

Bien évidemment cette nouvelle puce n’est pas aussi puissante que l’Edison, mais l’usage des wearables ne l’exige pas. Les besoins sont sensiblement différent pour le moment. Vous trouverez ici toutes les caractéristiques techniques du Intel Curie.

sources : Intel / Clubic

 

Partager

A propos de l'auteur

Un commentaire

  1. Pingback: Au CES, Intel lance la puce Curie pour é...

Laisser un commentaire