[infographie] Nouveaux résultats de l’observatoire des objets connectés

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La semaine dernière, Harris Interactive et l’EBG ont dévoilé la seconde vague de résultats de leur observatoire des objets connectés, initié il y a 8 mois. Une nouvelle enquête a ainsi été réalisée en ligne du 1er au 8 Octobre 2014 sur un échantillon de 962 répondants représentatifs des Français âgés de 18 ans et plus, selon la méthode des quotas. L’objectif de cette étude barométrique est de mesurer et suivre le niveau de connaissance, d’intérêt et d’intention d’achat des Français à l’égard des objets connectés. Les résultats de cette deuxième vague se focalisent notamment sur les 12% de français les plus “technophiles“.

infogrphie-ebg-1

Une connaissance qui progresse et se démocratise

Cette nouvelle vague de sondages a permis de noter une véritable progression de la connaissance des objets connectés au sein du grand public, et ce pour l’ensemble des objets connectés testés. Si les objets connectés les plus connus lors de la première vague (domotique, TV connectée et consoles de jeu sans-fil) restent en tête dans cette seconde vague, les progressions les plus marquées auprès du grand-public concernent les bracelets connectés destinés au sport, les smartwatch, les luminaires et ampoules connectées, les chaussures intelligentes, les vêtements connectés ou les piluliers intelligents.

La montre connectée, grande gagnante de la rentrée

Les produits phares de la première vague conservent des niveaux d’intérêt élevés mais paraissent un peu moins intéresser les Français qu’en février dernier :

  • domotique (36%, -6 pts),
  • TV connectée (35%, -6 pts),
  • chauffage (33%, -5 pts),
  • voiture connectée (26%, -4pts),
  • console de jeux (17%, -6pts).

Cette baisse est également observée auprès des plus technophiles. Inversement, la montre connectée intéresse beaucoup plus les Français, notamment les plus technophiles : 20% des Français se déclarent intéressés par cet objet (+4 pts) et 52% des technophiles (+9 pts).

infogrphie-ebg-2

Les intentions d’achat stagnent :

Les intentions d’achat restent encore modestes auprès des Français, avec une progression très faible pour la plupart des objets testés par rapport à la première vague de sondages. La TV connectée reste en tête des intentions d’achat projetées à moins d’un an avec un score de 6%, juste devant le bracelet connecté pour le spprt, la console de jeu et la montre intelligente (5%). Ces scores sont bien plus élevés auprès des technophiles : la console de jeu arrive en tête des intentions d’achat à court terme (19%), devant les bracelets connectés (18%), les montres intelligentes (18%), les lunettes connectées (16%) et la TV (16%).

Infographie-EBG-3

La plus belle progression auprès des technophiles est une nouvelle fois à mettre au crédit des montres connectées : + 10% d’intention d’achat par rapport à la première vague, et 4 points sur les intentions à moins d’un an. Cela s’explique notamment par la frénésie d’annonces intervenues lors du salon de l’IFA Berlin en Septembre dernier ainsi qui par l’officialisation de l’Apple Watch, la montre connectée d’Apple. Autre objet en belle progression auprès des technophiles : les lunettes connectées, avec +8 points d’intention d’achat à court terme.

Les bénéfices d’usage restent à démontrer :

Les craintes liées à la sécurité des données personnelles constituent toujours un important frein au développement des objets connectés pour une grande majorité de Français (68%). Le risque de dépendance est également un point sensible pour une majorité de Français (65%). Enfin, le prix des objets connectés reste un frein perçu pour 63% des Français.

infogrphie-ebg-4

Malgré l’existence et la persistance de ces freins, le principal enjeu en matière de développement des objets connectés reste sans doute de convaincre sur les bénéfices liés à ces objets : 64% des Français estiment encore que les objets connectés constituent des gadgets et seuls 42% pensent qu’ils permettront d’améliorer notre quotidien. Voir l’infographie complète ici :

source : Harris Interactive

Partager
A propos de l'auteur