Immatriculation obligatoire pour les drones aux Etats-Unis

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Anthony Foxx, secrétaire d’état américain aux transports, vient d’annoncer la création d’un système d’immatriculation pour les drones. Les UAV grand-public devront être enregistré auprès de la FAA.

Posséder un drone devient désormais plus compliqué que détenir une arme à feu aux Etats-Unis. Le congrès américain ne devrait pas s’opposer à la proposition du Département des Transports américain, soutenue par son secrétaire général.

Dji-drone-phantom3-standard

Anthony Foxx a récemment grandement favorisé l’entrée en vigueur d’une réglementation favorable aux véhicules autonomes, mais c’est une toute autre histoire pour ce qui concerne les drones ! Les drones, qualifiés sous l’appellation vague « systèmes volant sans-pilote », seront désormais soumis à une obligation d’enregistrement auprès de la FAA, l’agence fédérale de contrôle des transports aériens.

Désormais, chaque propriétaire de drone devra donc signaler son appareil à la FAA en plus du Département des Ttransports avant de faire décoller son engin, et ce même pour les drones débutant.

Selon Anthony Foxx, cette mesure va contribuer à la prise de conscience des utilisateurs de drones, arguant qu’il faudra utiliser un engin volant de manière responsable pour la sécurité de tous.

Une telle mesure est certes porteuse de progrès pour la sécurité des populations (on a connu plusieurs incidents au cours de l’été) et les survols de sites sensibles ont de quoi inquiéter les autorités en France. Mais il sera désormais bien difficile de pratiquer son activité favorite si vous êtes amateurs de prises de vues aériennes. Cette discipline dérivée du modélisme semble plus que jamais sous surveillance…

drone-survol-habitation-espionage

Pour les autorités de surveillance, il semble en revanche que cette mesure permettra de faciliter les recherches et l’identification des individus coupables de comportements irresponsables ou dangereux. Les survols non autorisés pourront ainsi être considérablement réduits.

Les mesures de restriction sont également coercitives et la promesse de sanction est dissuasive. Selon la nouvelle réglementation, un passionné peut faire vole son drone sous la barre des 400 pieds (121 mètres) d’altitude et à plus de 5 miles des infrastructures sensibles (dont la liste sera disponible via une application mobile mise)à-jour par la FAA), parmi lesquelles toutes les zones aéroportuaires.

Via

Partager
A propos de l'auteur