i-calQ peut diagnostiquer des maladies à partir d'un smartphone

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Participant au Nokia Sensing XChallenge, i-calQ fait avancer le diagnostic des maladies en interprétant, grâce à un smartphone, les tests de dépistage rapide.

Les objets connectés ont pris place dans tous les aspects de nos vies. Si on pense spontanément au wearable computing, nous pensons que la santé connectée a elle aussi de beaux jours devant elle. En matière de santé, un objet connecté peut en effet tout changer ; nous vous avions déjà parlé du pilulier connecté, d’un t-shirt connecté qui analyse votre rythme cardiaque ou de Lumo, un capteur pour surveiller la position de votre dos. Ces objets connectés destinés à améliorer le confort, le bien-être et parfois même à soulager les malades sont des progrès significatifs pour la médecine afin de mieux détecter, diagnostiquer puis traiter les pathologies chroniques. Chez l’enfant comme chez l’adulte, ces maladies (en plus de leurs effets) ont tendance à éloigner les patients de la vie quotidienne “normale” à cause de l’obligation de soins réguliers qu’elles leurs imposent.
icalq
Avec la même approche que le capteur Scanadu, le Docteur Joel Ehrenkranz s’est rendu compte de l’utilité que pourrait prendre l’iPhone dans le diagnostic de certaines maladies dont les malades atteints doivent tester leur sang régulièrement. i-CalQ associé à un smartphone peuvent aider dans ces cas là.

image3-iCalQ

Fonctionnement de i-CalQ

Comment fonctionne i-CalQ ?

Le système i-CalQ intègre 3 composants:

  • Des bandelettes test pour le diagnostic rapide
  • Un lecteur “Biosensor” associé à votre téléphone pour l’interprétation.
  • Une application mobile pour analyser, orienter et recueillir les données du test.

 Pour l’instant, le système i-CalQ se concentre sur le dosage du taux de TSH circulant (hormone régulant la thyroïde) qui est utilisé en première intention dans le diagnostic des maladies de la thyroïde.
Le test à proprement dit ne diffère pas de celui du laboratoire. Une goutte de sang est prélevée. Puis déposer sur la bandelette et Mélanger avec une solution tampon. L’innovation résulte en l’utilisation de la caméra de l’iPhone comme détecteur.
Image1-iCalQ
Cette technologie est possible grâce à un jeu d’étalonnage et de calibrage entre la bandelette de test et l’image prise par le téléphone. Il suffit d’insérer la bandelette dans le lecteur “Biosensor” et de lancer l’application i-CalQ pour obtenir le taux de TSH sanguin.
La société i-CalQ compte reproduire cette technologie sur les tests de grossesse, sur la syphilis et sur le suivi des patients atteints du VIH.

Avantages d’i-CalQ :

Conçu pour être utilisé lors des missions humanitaires, le détecteur “Biosensor” ne subit pas la pluie, résiste aux chocs et pèse moins de 52g. De plus, il consomme peu d’énergie et se recharge grâce à la batterie de votre smartphone. Il fonctionne sur les principaux systèmes d’exploitation: iOS, Android et Windows Phone.
image4

Conclusion

Cet outil sera dans l’avenir le parfait allié des médecins et des patients ayant besoin de suivre régulièrement leurs valeurs biologiques. Des études devront être effectuées pour obtenir l’accord de mise sur le marché. En s’affranchissant du temps d’attente des résultats et des coûts liés à leur interprétation, i-CalQ risque de bouleverser la prévention et le diagnostic des maladies.

(source)

Partager
A propos de l'auteur