On peut hacker un fusil connecté pour changer la cible du tir et sa trajectoire

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Après avoir relayé le scandale visant la sécurité des voitures connectées du groupe Chrysler (Jeep et Dodge), Wired enfonce le clou en révélant que les armes à feu peuvent elle aussi faire l’objet de piratages. Un couples de chercheurs en sécurité a ainsi démontré que l’on pouvait altérer le dispositif de visée de certains fusils d’assaut afin de modifier la cible visée et la trajectoire de la munition.

Rifle-TP750-Hack-1

Runa Sandvik et Michael Auger son mari et femme dans le civil et chercheurs en sécurité. Ils ont dépensé près de 20.000€ pour s’offrir des systèmes de visée assistés par ordinateur puis analyser leur fiabilité. Les résultats de leur étude sont inquiétants : sur les fusils Traking Point TP750 qu’ils se sont procurés, on peut altérer la trajectoire de la munition pour viser une cible différente de l’objectif.

Ces dispositifs d’armes à visée autonomes se répandent rapidement, pourtant il semble qu’ils soient loin d’être sécurisés. Les armes connectées seraient-elles sur le point de connaitre leur premier scandale ? Rien n’est moins sûr si l’on en croit les révélations du couple relayées par Wired, 2 semaines avant la Black Hat Hacker Conference.

Rifle-TP750-Hack-3

Runa Sandvik et Michael Auger ont développé un ensemble de techniques permettant de compromettre l’intégrité du dispositif de visée assistée de ces armes connectés par l’intermédiaire de leur connectivité WiFi. La vulnérabilité démontrée, ils ont entrepris de démontrer les conséquences d’une mauvaise utilisation dans la vidéo ci-dessous :

On constate que les deux hackers parviennent –comme dans le cas de la prise de contrôle des Jeeps sur l’autoroute– à empêcher le fusil d’assaut de tirer, à chager les paramètres de tir de façon à faire varier la trajectoire de la balle tirée par cette carabine ou d’en modifier complètement la cible.

Lancée en 2011, la société TrackingPoint qui commercialise ces systèmes de visée assistée par ordinateur (sous Linux) pour les armes à feu a vendu plus de 1.000 exemplaires de son dispositif, aussi couteux que peu sécurisé semble-t-il. La bonne nouvelle c’est que vous pouvez transformer un novice en tireur d’élite expérimenté en un clin d’oeil… la mauvaise c’est que l’inverse est vrai également ! 🙁

Via

Partager
A propos de l'auteur