La Google Car va devenir une filiale d'Alphabet à part entière

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Google compte filialiser ses activités autour des transports. La voiture autonome Google Car devrait ainsi devenir l’objet d »une filiale à part entière, rattachée au groupe Alphabet.
Le groupe Google Inc, rebaptisé à l’automne en Alphabet pour correspondre à la stratégie de diversification du moteur de recherche, compte faire de sa voiture autonome une division à part entière.
google-car-autonomous-vehicle-4
L’objectif de cette nouvelle société du portefeuille serait, selon John Lippert (Bloomberg), de proposer un service de transport à la demande grâce à des véhicules sans chauffeurs. En l’état, le service ferait concurrence à Uber et son service de VTC mais il est plus probable qu’il fera ses débuts sur des zones privées (et fermées) comme des sites industriels ou des bases militaires, comme ce que proposent Navya ou EasyMile par exemple.

Une filiale pour la Google Car

Depuis le début des recherches dans l’automobile, les Google Cars ont déjà parcouru plus d’1,6 millions de kilomètres sur les routes du Texas et en Californie.
Google Inc. plans to make its self-driving cars unit, which will offer rides for hire, a stand-alone business under the Alphabet Inc. corporate umbrella next year, a person briefed on the company’s strategy said. Près de San Francisco et d’Austin, on imagine donc parfaitement qu’un service de navettes sans-pilotes pourrait être proposé par Google Auto LLC, une division discrètement créée par Google pour produire la Google Car durant sa phase de tests sur routes ouvertes.

[fullWidthImage id= »33611″]

Au sein d’Alphabet, la division Auto de Google deviendraient ainsi le pendant de Nest dans le Smart Home et l’égal de Google Ventures ou de Google Capital dans le domaine des investissements stratégiques pour le groupe.
En Septembre dernier, Google avait annoncé le recrutement de John Krafcik, un vétéran de l’industrie automobile, ancien patron de Hyundai et de Ford Motors.
De son coté, Uber a imité le moteur de recherche en recrutant une douzaine d’ingénieurs spécialisés dans les véhicules automobiles, issus de l’université Carnegie Mellon. Brian McClendon, l’ancien VP de l’ingénierie de Google, a également rejoint le Centre de Technologies Avancées de Uber.
uber-validation-commande-vtc

Une stratégie de Services

Récemment, Sergei Brin avait suggéré que les voitures autonomes pourraient permettre de lancer l’un des premiers services de transport à la demande, pour permettre à un grand nombre de personnes d’en tester les avantages. Cela permettrait ensuite de proposer sa technologie à d’autres prestataires de services sous la forme d’une plateforme technique de centralisation de la demande.
En plus de proposer une alternative au bus ou au véhicule personnel, Google espère aussi capitaliser sur cette offre d’au moins 2 façons : distribuer des contenus sponsorisés en voitures (puisque vous ne conduisez plus…) semble une probabilité certaine, et mettre à disposition sa technologie aux constructeurs automobiles traditionnels sous forme de licence d’exploitation semble aussi être une hypothèse sérieuse.
google-car-autonomous-vehicle-1Selon de nombreux spécialistes, Google aurait déjà tenté cette seconde approche sans succès, pour le moment.
[embedArticle id= »26567″ align= »left »]
Mais les constructeurs pourraient être plus difficiles à convaincre qu’on ne le pense… une entente entre eux a déjà permis de construire Mcity, une ville créée de toute pièce par les fabricants pour aboutir à la mise au point rapide d’un système de conduite autonome concurrent de celui de Google. Plus que jamais, il semble que les fabricants traditionnels ne veulent pas être pris en tenaille par Google et les équipementiers tels que Valeo, Faurecia ou Delphi qui misent aussi beaucoup sur l’innovation dans ce domaine.

Partager

Laisser un commentaire