Conflit entre Giroptic et Geonaute (Oxylane) autour de la 360cam

Pinterest LinkedIn Tumblr +

La startup lilloise Giroptic, qui est à l’origine de la caméra panoramique qui a recueillie plus d’1,4 millions de dollars sur Kickstarter en Juillet 2014, est désormais en conflit ouvert avec Geonaute, la filiale du groupe Oxylane. Les deux entités travaillaient ensemble depuis le dernier CES de Las Vegas pour commercialiser une caméra panoramique révolutionnaire utilisant les la technologie de vidéo à 360° mise au point par Giroptic. Les deux partenaires semblent désormais brouillés et pourraient même se lancer dans une guerre commerciale à coups de produits concurrents.

La caméra de Giroptic, succès sur Kickstarter

La caméra de Giroptic, succès sur Kickstarter

La semaine dernière, les salariés de la startup lilloise installée au pôle d’Euratechnologies ont subit les foudres de la filiale d’Oxylane, aussi propriétaire de Décathlon, installé non loin de là. Suite à une procédure de référé du Tribunal de Grande Instance de Lille dont Geonaute est à l’origine, Giroptic s’est vu visiter par la police dans le cadre d’une perquisition qui aurait duré près de 10 heures.
En pratique, Geonaute reproche à la jeune pousse des retards importants dans la livraison de prototypes fonctionnels d’une caméra 360° commandée auprès de Giroptic. Or, dans le même temps, la startup aurait lancé la commercialisation de sa propre caméra 360°, rencontrant le succès sur la plateforme américaine de crowdfunding Kickstarter. Giroptic a même détrôné Lima au rang du projet français le plus financé sur cette plateforme de financement participatif.
L'offre déjà en ligne sur le site de Geonaute

L’offre déjà en ligne sur le site de Geonaute

L’avis des deux parties :

Selon la filiale d’Oxylane, Giroptic avait pourtant une “obligation de résultats et de priorisation des ressources sur sa caméra” (en ligne ici), selon une source interne relayée par Usine Digitale. Du côté de Giroptic, on s’estime dans son bon droit et affirme qu’elle avait tout à fait le droit de développer une caméra en nom propre à partir du moment où la startup est propriétaire de la technologie en question et que l’appareil développé par ses soins ne comporte pas la spécification « sportive » commandée explicitement par Geonaute. Comme toujours avec les relations entre startup et grands-groupes, le succès du petit face au gros n’est pas toujours facile à digérer par ce dernier…

source : usine-digitale.fr

Partager
A propos de l'auteur

2 commentaires