Euratechnologies crée un incubateur franco-chinois pour les objets connectés

Pinterest LinkedIn Tumblr +

En marge du 1er forum Digital In-Pulse, le 30 octobre, les représentants du pôle d’excellence lillois Euratechnologies a signé un partenariat avec la Shenzhen Association of Internet of Things, pour créer un incubateur franco-chinois à Shenzhen dédié aux objets connectés.

En attendant qu’une filière industrielle française des objets connectés voie le jour, les acteurs principaux du secteur vont se fournir en composants électroniques et font assembler la majorité de leurs produits dans la région de Shenzhen, dans le sud de la Chine. En quelques dizaines d’années, la métropole chinoise est devenue la capitale mondiale du hardware et de l’internet des objets.

euratechnologies-1

Au sein du quartier de HuaQiangBei, un hypermarché de l’électronique, on décide des composants qui seront assemblés non loin de là, au sein d’immenses usines, à proximité desquelles de plus en plus de Français viennent s’installer. Pour les accompagner, les pôles de la « French-Tech » essayent de bâtir des partenariats avec des acteurs locaux, condition indispensable pour un développement transfrontalier. A la fin du mois d’Octobre 2014, la région lilloise a par exemple signé un partenariat avec la région de Shenzhen par l’intermédiaire de son pôle d’excellence Euratechnologies.

Lille en pointe des technologies :

Les deux structures, la chinoise et la lilloise, vont travailler ensemble pour créer un incubateur franco-chinois à Shenzhen dédié aux objets connectés. Ce dernier pourra accueillir 5 premières startup françaises à partir de 2015. Raouti Chehih, directeur général d’Euratechnologies, note :

« Il y aura probablement des start-up lauréates du concours Inno’Start organisé avec Huawei en septembre 2014, pour les aider à continuer à écrire leur histoire avec le marché chinois »

Dans le sens inverse, ce sont 5 startup chinoises qui feront le trajet contraire et seront accueillies en France pour travailler à renforcer leur présence sur le marché européen. Euratechnologies a ainsi lancé en septembre un programme d’accélération baptisé « EuraTech in China », véritable « kit d’installation » pour les startup françaises évoluant dans le high-tech et souhaitant se développer en Chine ou mieux comprendre ce marché.

Euratechnologies-2

Cette initiative comprend un accès à des locaux à Shanghaï (à tarifs préférentiel pour les entreprises basées dans le Nord Pas de Calais). Lille se positionne ainsi comme un trait d’union entre les écosystèmes français et chinois.

Via

Partager
A propos de l'auteur