M2M

L’ETSI publie 3 spécifications pour les réseaux dédiés au M2M et à l’Internet des objets

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Porté par des experts de plusieurs sociétés privées dont Sigfox et Semtech, l’organisme de normalisation européen ETSI vient de publier les 3 premières spécifications techniques portant sur les réseaux de communication sans-fil à bas-débit ; ceux-là mêmes qui seront dédiés au M2M et à la communication dans l’internet des objets.

Référencées GS LTN 001, 002 et 003, les 3 premières spécifications ETSI dédiées aux réseaux sans-fil longue-distance et bas-débit traitent respectivement des cas d’usage, de l’architecture fonctionnelle des réseaux et des protocoles et interfaces.

etsi-m2m

Quels sont les enjeux ?

Selon la définition de l’ETSI, les réseaux LTN ( pour Low Throughput Networks) ont vocation à connecter des équipements variés ainsi que des objets connectés pour un coût de quelques euros par an seulement. L’objectif est à la fois économique et technologique puisque l’utilisation des basses fréquences pour l’internet des objets et le M2M permettra, à terme, de libérer la bande passante du réseau cellulaire 3G/4G au lieu d’imposer des infrastructures supplémentaires aux coûts prohibitifs. Les objets connectés ont en effet besoin d’une une consommation de données extrêmement faible, de l’ordre de l’émission de quelques paquets d’octets par minute. Cela représente ainsi quelques milliwatts et est tout à fait possible avec un modem facturé à moins d’1€.

Les infrastructures bidirectionnelles LTN :

Les infrastructures bidirectionnelles LTN doivent permettent les transmissions sans-fil sur des distances pouvant aller jusqu’à 40 kilomètres en vue directe (sans obstacles) et la communication avec des équipements placés en zones difficiles d’accès, enterrées ou sous-marines. Les infrastructures de ce types offre également une bonne résistance aux interférences. Les objets connectés utilisant les réseaux LTN doivent en outre pouvoir fonctionner plusieurs années avec de simples piles et la notion d’autonomie est donc un des enjeux majeurs de la standardisation de ce segment de marché. Ces objectifs sont d’ailleurs des arguments largement mis en avant par les les technologies actuelles telles que UNB (Ultra Narrow Band), Sigfox ou LoRa.

Ces technologies offrent dès lors un potentiel d’applications large dans des domaines variés tels que la télémétrie, les compteurs d’électricité communicants ou la ville intelligente.

On notera notamment que la norme GS LTN 003 propose deux manières d’implémenter l’interface radio A entre le module LTN d’un objet connecté et le point d’accès de l’infrastructure réseau. A date, une implémentation qui utilise une technologie radio à bande ultra-étroite dite UNB (favorable à Sigfox) et une proposition qui s’appuie sur une technologie à étalement de spectre par séquence orthogonale dite dite OSSS (plus favorable à Semtech).

Ainsi, commencent à se dévoiler les enjeux technologiques et industriels du marché du M2M et cette partie de l’évolution des objets connectés se joue en ce moment dans les bureaux de l’ETSI, basé à Sophia-Antipolis. L’Etsi est une organisation à but non lucratif dont le rôle est de produire des normes de télécommunications pour le présent et le futur.

source : lembarque.com / image : shutterstock

Partager
A propos de l'auteur