E-Thread : Primo1D connecte les textiles avec des puces RFID miniatures

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les textiles connectés constituent une des principales avancées en matière de santé connectée. Ces textiles permettent de mettre au point des vêtements connectés, tissés à partir de fibres techniques permettant de capter de nombreuses données de santé, directement à partir de la peau d’un utilisateur. Mais encore faut-il pouvoir transmettre ces données avec la même simplicité. C’est ce que tente de réaliser la startup grenobloise Primo1D, créée en Aout 2013 et qui a récemment développé la technologie E-Thread, comprenant un assembleur permettant de fixer des puces miniatures sur du textile pour le connecter.

Présentation d’e-Thread :

Alors que les bracelets connectés se multiplient sur le marché des wearables afin de surveiller la santé ou les performances physiques de leurs propriétaires, la technologie E-Thread, développée par Primo1D va donner un coup de pouce au textile connecté.
La technologie E-Thread se comporte comme un assembleur qui, en se fixant sur du fil textile, permet d’y intégrer des LEDs, des puces RFID ou des capteurs. Ainsi, n’importe quel textile pourrait, grâce à e-Thread, se transformer en textile connecté. Son avantage : elle est miniature et la fixation au textile lui permet de pouvoir prétendre à une tenue de longue durée ainsi qu’à une résistance au lavage.
Emmanuel Arène, Président de Primo1D, explique concept et le fonctionnement de la technologie E-Thread :

Fonctionnement de la technologie e-Thread :

L’assembleur de Primo1D prend la forme d’un boitier miniature qui vient se glisser entre deux fils textiles et comprenant en son cœur l’emplacement pour le capteur, la LED ou la puce RFID. De la colle spéciale vient refermer le boitier afin que ses extrémités s’accrochent avec plus de pression sur les fils textiles environnants.
techno-Primo1D
Fixée ainsi sur le textile, la puce RFID permet de donner au produit un identifiant unique, qui peut être lu à partir d’un lecteur RFID. Les ondes émises par le lecteur permettent d’alimenter le système en énergie le temps que ce dernier renvoie l’identifiant qu’il contient en sa mémoire. La puce RFID est donc un composant passif qui n’a pas besoin d’alimentation externe.
A l’inverse, les capteurs ou LEDs fixés dans l’assembleur ont besoin d’alimentation pour pouvoir fonctionner et compliquent la miniaturisation du système, principal atout de la technologie e-Thread. Une des solutions envisagée consiste à utiliser fil métallique (à la place du textile) pour faire parvenir l’alimentation directement par le fil sur lequel est fixé l’intégrateur, mais cette solution a le désavantage de restreindre le nombre d’applications industrielles permises par la technologie e-Thread (restriction aux fils métalliques). Une autre piste consisterait à intégrer des batteries au système, mais cela affecterait la miniaturisation du système. Les différentes pistes sont encore à l’étude.
primo1D-e-thread

D’autres applications industrielles :

A l’instar des solutions développées par les différents industriels pour intégrer les capteurs dans les vêtements qu’ils commercialisent, Primo1D entend développer un assembleur et le standardiser pour que tous les capteurs ou puces d’identification intégrés sur du textile adoptent ce processus de fixation.
L’assembleur étant miniature et résistant au lavage, de nombreuses applications sont à prévoir, depuis le suivi de produit et l’optimisation de stocks pour les fabricants de vêtements jusqu’au monitoring des performances physiques de sportifs. Pour le moment, la technologie e-Thread vient d’être développée et l’équipe de Primo1D cherche des applications à leur conception en rendant compatible l’intégration de davantage de types de capteurs dans leurs assembleurs miniatures.
 

source : primo1d.com

Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire