EasyMile propose ses bus électriques autonomes en Californie & à Singapour

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Le véhicule autonome électrique EZ10 d’EasyMile a été choisi pour servir de bus au transport en commun de plusieurs zones d’activité en Californie et à Singapour.

A l’instar de sa principale concurrente, la navette Navya Arma (également française), nous avons pu découvrir et emprunter le minibus connecté et autonome d’EasyMile à l’occasion du Congrès Mondial ITS, qui s’est déroulé du 5 au 9 octobre dernier à Bordeaux.

Ce petit bus électrique a roulé sur les routes bordelaises entourant le salon mondial sur le transport intelligent et nous a permis de découvrir que les véhicules autonomes sont désormais plus près de la réalité que de la fiction.

convoi-easymile-véhicules-autonomes

Issu d’un joint-venture entre Ligier et Robosoft, EasyMile semble désormais prêt à s’exporter.

Selon SlashGear, les premières destinations seront la Californie, patrie de la Google Car, et Singapour où les conditions de transport difficiles encouragent à la recherche de solutions innovantes.

Si les bus sans-chauffeurs de la société française étaient pour l’instant cantonné à arpenter les allées du parc Vulcania à l’initiative de Robosoft, le modèle EZ10 d’EasyMile est promis à un avenir immédiat hors de nos frontières.

easymile-ez10-vehicule-autonome-2

(L’EZ10 d’EasyMile ne comporte ni volant ni pédales.)

Plusieurs parkings et zones industrielles ou urbaines ont en effet choisi ce véhicule autonome pour mener leurs visiteurs à destination sans risques d’être heurter par des véhicules traditionnels (c’est un peu le comble du projet).

Au cours de notre visite au salon ITS, nous avons pu découvrir les nombreux progrès accomplis par les technologies automobiles, dont la qualité du produit d’EasyMile, qui peut transporter jusqu’à 12 personnes sur des parcours connus à l’avance et pré-configurés. L’autonomie de la navette EZ10 est d’environ 80km, entièrement propulsée à l’énergie électrique.

easymile-ez10-vehicule-autonome-1

Sur routes ouvertes, il existe aussi déjà des véhicules sans-chauffeurs, dont la Tesla Model S grâce à sa fonction Autopilot (que nous avons testé au cours de l’été) et même des camions autonomes, comme l’a récemment testé avec succès le groupe Daimler sur les autoroutes allemandes.

Via

Partager
A propos de l'auteur