Drones : 6 règles à respecter pendant les vacances d'été

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Durant les vacances d’été, vous serez nombreux à vouloir immortaliser l’instant depuis les airs. Le drone est ainsi le meilleur moyen de capturer le moment, mais faire voler son drone nécessite malgré tout le respect de quelques règles de bon sens, pour votre sécurité et celle des autres.
La tentation d’utiliser votre nouveau drone pour immortaliser vos vacances d’été est grande cette année.
Mais attention, la législation française est de plus en plus stricte avec les drones de loisirs ; pour respecter la loi, veillez à respecter les différentes règles d’utilisation d’un drone en France, afin de vous épargner quelques ennuis mais surtout de garantir votre sécurité, celle de vos proches et voisins (de serviette).
[fullWidthImage id=”40771″]

Que dit la loi ?

Pas moins de 3 textes de loi (deux arrêtés de 2015 et une loi de 2016, en attente de décrets d’application) régissent l’utilisation des drones de loisirs en France.
Si la plupart des utilisateurs de drones de loisirs savent que le survol ou l’approche de sites sensibles (centrales nucléaires ou aéroports) est interdit, la plupart ignorent qu’il est également interdit de survoler certains parcs et sites classés, comme les Parcs nationaux (le massif des Ecrins ou du Mercantour par exemple) ou les réserves naturelles (notamment les Calanques de Marseille).
Bonne nouvelle cependant : voler dans les Parcs régionaux est autorisé.
Pour simplifier l’identification des zones autorisées, le gouvernement a mis en place le site Géoportail qui croise les cartes IGN avec les zones d’interdiction de vol.
Pour rappelle, le non respect de la loi est passible d’une amende de 75.000€ et d’une peine de prison d’1 an. En particulier, il est utile de rappeler les principes suivants :

1- Ne pas voler en agglomération

Même si le village est petit, même si vous avez un copain qui connait le maire. Même si vous offrez une jolie photo de l’église en échange du passe-droit. C’est illégal.

2- Voler dans le jardin, mais pas trop haut

Encore faut-il disposer d’un jardin assez vaste et dénué de vis-a-vis, mais vous êtes autorisé à faire voler votre drone dans votre propriété privé à condition que la hauteur de vol du drone ne dépasse pas la hauteur maximale des obstacles présents sur le terrain (arbres ou bâtiment principal).

3- Survoler la plage : si possible !

Si la plage n’est pas considérée comme faisant partie d’une agglomération et qu’elle n’est pas bondée de baigneurs, vous pouvez à priori survoler le sable avec un drone en restant très prudent, notamment à ne pas dépasser la hauteur légale de vol maximale de 150 mètres.

4- Ne pas filmer les autres

Conformément à la loi Informatique et Libertés, vous pouvez filmer des personnes avec un drone si  aucunes des images tournées ne fait l’objet d’une diffusion. Sinon, les images ne devront pas permettre de les reconnaître.
En pratique, vous éviterez au maximum de survoler des personnes, afin d’éviter qu’elles ne se sentent épiées et vienne gâcher votre moment de plaisir.

5- Ne pas voler la nuit

Ici, pas de place à l’interprétation : il est interdit de faire voler votre drone la nuit. Et c’est d’autant plus stricte que la loi précise que vous devrez toujours garder votre drone à vue (ce qui n’est pas simple la nuit, avouez…).

6- Vol FPV = accompagné

Dans le cas d’un vol de drones avec un casque de réalité virtuelle – on dit “en FPV” —, la hauteur de vol du drone ne doit pas excéder 50 mètres et la distance de 200 mètres.
Et comme vous avez un masque sur le nez, vous devrez être accompagné d’un observateur chargé de conserver pour vous le drone dans son champ de vision.

Partager
A propos de l'auteur