Freestyle Drone Race : une course dans le stade de Wembley

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans l’enceinte du stade londonien de Wembley, Qualcomm, EE et ERSA ont proposé une exhibition à base de plusieurs courses de drones pour promouvoir la fiabilité de leurs offres respectives autour des quadricoptères et de la connectivité sans-fil.
Ce mercredi 13 Avril, l’américain Qualcomm et l’opérateur britannique EE avaient décidé de montrer les possibilités de leurs offres respectives en organisant une exhibition de haut-vol au stade de Wembley, à Londres.
wembley-freestyle-drone-racing-19
Avec l’aide des pilotes de drones de l’ERSA (European Rotor Sports Association), une compétition hors-normes s’est déroulée à la nuit tombée devant une centaine d’invités triés sur le volet.
L’évènement avait pour but de promouvoir la rapidité de la 4G d’EE (utilisée pour la retransmission vidéo) et des cartes Snapdragon Flight (spécialement imaginées pour la création de drones).
Dans l’enceinte de cet édifice qui accueille habituellement des rencontres sportives internationales (football et rugby notamment), la course de drones s’est déroulée durant 3 heures à haute vitesse.
Si le résultat de la course est anecdotique, l’avenir de ce sport semble radieux tant son potentiel viral est important. Il est même surprenant de penser que c’est d’ailleurs en vidéo que la discipline prend tout son sens :


La course de drone est encore une discipline naissante, qui rassemble une poignée de passionnés pionniers qui ont cerné avant les autres le potentiel divertissement de masse qui se cache derrière les quadrirotors offerts par milliers à Noël.
C’est même probablement le coté divertissant des courses de drones qui a dopé –au moins en partie– les ventes de drones de loisirs auprès du grand-public. Celles-ci ont ainsi dépassé les 100.000 drones vendus en France en 2014 (Xerfi) et près du double en 2015. Le mouvement devrait encore s’amplifier en 2016…
Selon une récente étude (Olivier Wyman – 1er Mars 2016) le marché des drones civils en France pourrait atteindre 652 M€ en 2025, contre 155 M€ en 2015.
[fullWidthImage id= »38583″]
qualcomm-snapdragon-flightC’est notamment ce marché (à l’échelle mondiale) qu’espère conquérir Qualcomm avec sa nouvelle plateforme ‘Flight’, qui combine une architecture ‘hardware‘ de référence et une suite logicielle adaptée permettant aux fabricants de créer facilement des drones aux capacités avancées (détection d’obstacles, streaming vidéo, etc).

Le FPV racing prend son envol

La pratique des particuliers, autrefois encadrée dans le cadre de clubs d’aéromodélisme, est en pleine mutation et tend à s’individualiser.
Tout un chacun peut désormais utiliser un « quadrirotors » (moyennant quelques centaines d’euros) afin de s’adonner à la course de drones ou à la photographie aérienne.
Un des pères de la course de drones m’a cependant confié au cours de la soirée :

« Tant qu’on ne pourra s’entrainer au FPV racing en plantant ses balises sur un simble terrain de foot, on ne pourra pas tout à fait être un sport comme les autres (…) ni un sport de masse… »

Mais cela n’est pas sans conséquences sur la sécurité de l’espace aérien national et sur la vie privée des populations riveraines.
Si les premiers pratiquants de cette discipline –dites FPV Racing– militent pour qu’elle soit reconnue comme un sport mécanique à part entière (car il nécessite finalement des compétences d’ingénieurs, de mécaniciens, et de pilotes) c’est sans aucun doute grâce à des évènements comme celui-là que la course de drones deviendra un sport véritablement populaire. 

Démocratiser la pratique sportive

Au final, notre seul regret est qu’un tel spectacle n’ai pu être partagé que par une poignée de chanceux.
Il reste donc à la course de drones à s’extraire des terrains d’aviation et des stades vidés de leurs spectateurs pour venir présenter le FPV racing au plus grand nombreOn pourra peut-être un jour venir assister à une course de drones comme on va voir un match de tennis….

Partager

A propos de l'auteur

Laisser un commentaire