Tout savoir sur Google Trad, le traducteur en ligne de Google

Pinterest LinkedIn +

Vous avez besoin de traduire un texte d’une langue à laquelle vous ne connaissez rien ? Alors Google Traduction est sans doute une solution pour vous, au même titre que plusieurs centaines de millions d’utilisateurs ! On vous présente cet outil de traduction automatisé qui a connu bien des évolutions au fil des années.

C’est désormais un outil presque incontournable si vous souhaitez traduire un texte rapidement sur Internet. Très facile d’accès à partir du célèbre moteur de recherche, en plus d’être efficace et intuitif, Google Translate est un allié indispensable pour de nombreux internautes. Mais comment ça marche ? À quoi sert-il concrètement ? Tour d’horizon.

Google Traduction comment ça marche

Google Traduction, c’est quoi ?

À l’origine, Google avait mis sur pied Google Translator. Un outil pour le moins basique qui permettait de traduire un texte anglais dans votre langue maternelle à partir de fichiers présents dans sa base de données. En 2015, le service traduisait déjà quotidiennement environ 100 milliards de mots ! Cependant, la grammaire ou encore le contexte n’étaient peu ou pas pris en compte. Si l’outil s’est peu à peu amélioré, c’est en 2016 qu’est arrivée la véritable révolution. Cette année-là, Google a déployé un système neuronal, basé sur le machine-learning, qui réussit à traduire des phrases plus complexes. En effet, le système parvient désormais à contextualiser le texte à traduire et donc à mieux coller au sens des phrases d’origine. D’autre part, dans les langues qui s’y prêtent, Google Trad a intégré une double traduction (une version au masculin et au féminin).

Google Traduction contribution Dans ce cas précis, l’outil affiche le message suivant : « Les traductions tiennent compte du genre grammatical ». Quoi qu’il en soit, le service de l’entreprise de Mountain View a l’avantage de permettre la traduction d’un texte que vous copiez-collez, ou de pages web complète. Aujourd’hui, il continue à se développer en mettant à contribution des utilisateurs, lesquels répondent à des tests de traduction dans leur langue maternelle (ou in esse : dont on détient une intuition grammaticale). Cette dimension collaborative joue notamment un rôle important puisqu’il est permis aux utilisateurs d’aider l’outil à s’affiner. Une excellente nouvelle pour les utilisateurs de YouTube, qui savent que la traduction automatique proposée sous certaines vidéos proviennent de la même technologie que Google Translate. À ce titre, le public est là aussi invité à proposer ses propres traductions afin d’augmenter inlassablement la qualité des contenus.

Comment ça marche Google Traduction ?

Plusieurs options sont disponibles. Vous pouvez vous rendre sur le site dédié ou sur les applications (iOS et Android). Copiez-collez votre texte et Google détecte automatiquement la langue d’origine (attention : pour un mot seul, il sera parfois nécessaire de préciser). Choisissez ensuite la langue de destination. Quelques instants plus tard, la traduction est disponible. Vous pouvez aussi coller l’URL d’un site web pour accéder à la traduction. D’autre part, notez que votre navigateur (Chrome, Firefox, etc.), intègre, ou peut intégrer, depuis déjà plus de 10 ans, la fonction Google Translate. À ce titre, c’est 20 milliards de pages qui sont traduites tous les mois, selon Sundar Pichai, actuel CEO de Google. Dans ce cas, il vous sera régulièrement proposé de changer la langue d’une page web étrangère. Cette dernière s’affiche alors dans la langue que vous utilisez le plus souvent.

Historique Google Trad

En outre, l’interface vous propose un petit historique de vos recherches, au cas où un mot vous échappait une seconde fois ou si une citation vous a marqué sans que vous n’arriviez à la restituer. Pour l’ouvrir, cliquez simplement sur le bouton en bas à gauche. Vous pouvez également constater la présence d’une icône en forme de petit micro, juste à gauche du haut-parleur de la première fenêtre. Il sert à lancer une traduction depuis votre voix (attention à votre accent !).

Facile à partager, à enregistrer, à télécharger

Enfin, vous avez trois options. La première est de télécharger le résultat de votre requête en divers formats (.doc, .docx, .odf, .pdf, .ppt, .pptx, .ps, .rtf, .txt, .xls, ou bien .xlsx). Sur https://translate.google.fr/?hl=fr, vous pouvez donc sélectionner l’onglet document afin d’importer un fichier dont vous souhaitez la traduction. La seconde est de partager par mail ou via Twitter un extrait traduit. L’outil offre enfin la possibilité d’enregistrer des traductions en cliquant sur la petite étoile du milieu.

Un grand nombre de langues disponibles

La variété linguistique est bien entendu le principal point fort de Google Traduction. À l’heure actuelle, pas moins de 109 langues sont déjà disponibles à travers l’outil Google Translate. Par ailleurs, 9 autres langues encore non supportées à l’heure actuelle sont en cours de validation, comme le tibétain, le wolof ou encore le guarani. L’objectif de Google est bien entendu de proposer un outil qui soit le plus universel possible.

Google Traduction fonctionnement

Google Translate est limité

Google Traduction impose une limite de 5.000 caractères pour traduire du texte copié-collé de façon simultanée. Pour un texte plus long, il faudra vous y reprendre à plusieurs fois. En revanche, cette limite n’existe pas si vous traduisez une page web complète.

Google Lens : une reconnaissance de l’écriture manuscrite via appareil photo

Google Traduction concurrents alternatives meilleurs

À noter que des fonctionnalités intéressantes sont aussi disponibles pour smartphone. Vous pouvez ainsi traduire en temps réel des mots grâce aux appareils photo intégrés dans les smartphones. Vous pointez votre objectif sur une image qui contient du texte, et hop ! le texte change sous vos yeux ! C’est un milliard de mots qui passent sous ce filtre chaque jour, toujours selon Pichai. Depuis 2017, Google Traduction offre aussi la reconnaissance de l’écriture manuscrite. Attention toutefois : ces fonctionnalités ne sont pas disponibles dans toutes les langues. Mieux encore : les étudiants peuvent utiliser Lens sur des problèmes scientifiques afin d’obtenir des éléments de recherche (ou de réponse) dans la langue voulue.

Mode interprète de Google Assistant

Si vous êtes déjà adepte de la recherche vocale, notamment par l’intermédiaire de Google Assistant, vous ne serez pas déçu(e) de la fonctionnalité permise par son système de traduction. Un mode “interprète” fait dorénavant partie du dispositif, pour suivre aisément des conversations avec des étrangers. Cela étant, tous les appareils ne donnent pas accès au même nombre de langues. Le mieux reste les enceintes Google Home, mais tous les écrans, réveils connectés, téléphones et tablettes sont compatibles. En outre, Google met en valeur la compatibilité de son traducteur avec les écouteurs true wireless Pixel Buds, mais comme cela ne vous dispense pas d’ouvrir l’appli sur un appareil à écran, nous y voyons un peu une forme d’esbrouffe.

Mode interprète de Google Assistant

Quoi qu’il en soit, lorsque vous lancez l’assistant vocal (« Hey Google… »), demandez-lui simplement d’être votre interprète en précisant la langue voulue. Il switchera automatiquement dès que change le locuteur. Enfin, trois mots magiques pour congédier votre interprète « Stop » ; « Arrête »; « Quitter ». Notez cependant que cette fonctionnalité est encore toute jeune. En plus de ne pas prendre en charge un certain nombre de langues, elle connait encore des latences et des défauts de compréhension… Cela étant, des améliorations sont en cours.

Des progrès que promettent de nouvelles intelligences artificielles

Cependant, avec les IA annoncées sous le nom de LaMDA (Language Model for Dialogue Applications) et MUM (Multitask Unified Model), il se peut que ce nouveau service fasse un énorme bond en avant. À ce titre MUM est une intelligence décrite comme 1000 fois plus puissante que BERT (Bidirectional Encoder Representations from Transformers). Elle serait capable d’apprendre 75 langues à la fois, en puisant également dans les contenus images et audios… 

Peut-on utiliser Google Traduction hors connexion ?

Voici un excellent tuyau (“de poêle” – allez donc la traduire, celle-là !) si jamais vous partez en voyage. En vous connectant à internet sur votre smartphone, vous pourrez télécharger les données nécessaire à la traduction d’une langue. Commencez par ouvrir Google Traduction et accédez au menu. Vous trouverez l’option “Traduction hors connexion”, avec une liste de langues. Cochez celle dont vous avez besoin et voyez si vous voulez ajouter l’anglais en plus du français dans les langues d’arrivée. Voilà ! Plus besoin d’être en ligne pour bénéficier de Google Translation ! Bien sûr, pour les mises à jour du logiciel, vous aurez besoin de vous reconnecter… Enfin, si besoin de place dans votre espace de stockage, il vous sera possible de supprimer entièrement le module de traduction, toujours depuis le menu de Google Trad.

Peut-on considérer un article traduit par Google Translate comme du contenu dupliqué ?

La bonne nouvelle, c’est que la réponse est non. Selon John Mueller, les lettres sont différentes, les mots sont différents, c’est donc du contenu unique. La mauvaise, c’est qu’un lecteur natif de la langue peut rapidement s’apercevoir du pot-aux-roses. Il y aura forcément une tournure un peu biscornue, une rigidité dans la syntaxe ou quelque chose qui trahit la machine. Cette vallée dérangeante linguistique peut occasionner un sévère taux de rebond et faire baisser d’un coup la notoriété de votre site. Aussi, si vous utilisez Google Trad ou même si vous proposez du contenu généré automatiquement sur votre site web, vous aurez encore besoin de faire appel à un rédacteur pour passer le texte en revue. Sans quoi la pire sanction possible sera une action manuelle de la part du moteur de recherche, pour mauvaise qualité.

Quelles alternatives pour Google Traducteur ?

Google Traduction ne répond pas forcément aux besoins de tous les internautes. C’est pour cette raison que des alternatives sont disponibles. Mais quelles sont les meilleures ? On vous fait les présentations.

DeepL : résolument meilleur que Google Traduction

Deepl, utilise l’intelligence artificielle pour proposer une solution mise à jour régulièrement, qui se révèle convaincante même pour des textes volumineux et compliqués. Des options payantes accessibles aux professionnels en font un outil incontournable, notamment pour un usage hors connexion Wi-Fi. À ce titre, on vous renvoie à notre dossier complet sur l’outil DeepL. Vous verrez que c’est sans doute le concurrent le plus sérieux sur la qualité de traduction.

WordReference : des traductions secondaires

WordReference est outil qui est désormais connu dans le monde entier. Il propose des traductions de mots et expressions dans 17 langues différentes. À chaque fois, il propose une analyse principale et des traductions secondaires. Le forum, très actif, est aussi un vrai point fort.

Microsoft Translator : permet de traduire le klingon

Microsoft Translator offre la traduction de jusqu’à 5.000 caractères, dans 64 langues différentes. Grâce aux packs, vous avez accès à la traduction hors ligne. Indispensable pour ceux qui veulent traduire du klingon, la langue fictive de Star Trek.

Reverso : doué pour l’analyse de contexte

Reverso ne propose que 13 langues mais met véritablement l’accent sur le contexte. La possibilité de sauvegarder des traductions est un plus pour ceux qui se créent un compte utilisateur.

[Total: 70 Moyenne: 5]
Partager
A propos de l'auteur

Issu d'une formation littéraire, j'aime observer l'environnement et ses transformations. À ce titre, je pense qu'il est bon de se frotter à la technologie afin d'en maîtriser les impacts sur notre décor de vie. Mettre un pied dans le progrès, n'est-ce pas en saisir le gouvernail ?