Au Top15 des villes favorables à l'internet des objets, Paris n'est que 6 ème !

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Paris est la 6ème ville connectée au classement mondial de l’Internet des objets, IOT Analytics la considère en avance dans le secteur des objets connectés.

IoT Analytics vient de publier le classement mondial des villes les plus dynamiques dans le secteur de l’internet des objets. On retrouve la capitale française Paris au 6ème rang de ce classement, dominé largement (et logiquement) par San Francisco, berceau de l’électronique et de l’informatique. En Europe, Paris est cependant devancée par Londres, qui revendique la position de capitale européenne des objets connectés.

classement-villes-internet-objets-paris-tour-eiffel - copie

8 villes américaines dans le Top15 :

Selon le classement établi, les 15 agglomérations ont été ordonnées selon le point de chute choisi par les grands groupes spécialisés dans l’Internet des objets et selon le dynamisme de ces derniers. Ainsi, IoT Analytics relève que les clusters identifiables sont les suivants : les places financières telles que Londres et New-York attirent certains grands groupes mais que les industriels pharmaceutiques leur préfèrent sans aucun doute la Suisse ou même le New-Jersey.

En Allemagne, dans l’état du Michigan et aux Japon, ce sont les constructeurs automobiles qui prennent leurs quartiers avec plus de facilité que dans la Silicon Valley ; la plupart des sociétés influentes de l’internet des objets ont leur siège ou un bureau principal en Californie.
Au total, on peut remarquer que 8 villes américaines occupent ce Top 15, soit plus de 50%. La Californie à elle-seule compte 3 villes dans ce classement avec San Francisco (1er), Los Angeles (5ème) et San Diego (7ème).
google-android-robot-silicon-valley

Des critères politico-économiques :

En analysant le dynamisme des villes connectées selon la performance de leurs entreprises, ce classement illustre également un contexte politique et économique plus ou moins favorable au développement d’activités, qui sont par définition destinées à l’export en majorité.  Les entreprises qui vendent des objets connectés n’ont en effet pas vocation à limiter l’espace de vente de leurs accessoires et visent le développement d’écosystèmes les plus larges possibles autour de l’internet des objets.

Paris derrière Boston et Los Angeles :

Paris est par exemple devancée par Boston (au Massachussets) ou même Los Angeles, première ville de Californie, grâce à une forte concentration de fabricants d’objets connectés. De son coté, Boston abrite de nombreux ingénieurs issus des rangs prestigieux du MIT ou de l’Université d’Harvard. Beaucoup d’entre eux lancent des projets innovants dans les hautes-technologies à la sortie de leurs études.
classement-villes-internet-des-objets-aruco

Les 10 premières villes listées au sein de ce classement devraient durablement conserver leurs positions de leaders mondiaux, mais l’étude illustre également que leur poids dans l’économie mondiale est vouée à croitre progressivement. Le réseau de transports en commun, la stratégie de formation supérieure et le dévoloppement des réseaux de FabLabs sont autant d’atouts à mettre au crédit de Paris pour espérer intégrer le Top 3 d’ici 2020. C’est en tout cas l’ambition de la mission FrenchTech, qui a récemment installé Angers comme la Cité des Objets Connectés en France.

Via – images : 1 / 2

Partager
A propos de l'auteur